Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par truitepassion.fr

Le Mont Blanc vu du col des Aravis

Le Mont Blanc vu du col des Aravis

Pour ceux qui aiment la montagne et ses décors à couper parfois le souffle et le côté "zénitude » qui peuvent apporter à tout à chacun, le massif des Alpes a de quoi donner en richesse et en découverte.

Après, les Hautes Alpes l'an dernier (sans pêche, hélas !!), cette année ce fut le tour de la Savoie tout simplement pour aller y finir en beauté ma saison halieutique, mais pas que....

Il fallait aussi prendre en considération le bien-être de Madame et lui proposer au menu de cette semaine de quoi aller en forêt pour les champignons et de faire une randonnée ou deux, un juste retour des choses quand on laisse son passionné de mari, faire quelques virées sur les cours d'eau de la Savoie.

La petite station du Plan au pied des Aravis
La petite station du Plan au pied des Aravis
La petite station du Plan au pied des Aravis

La petite station du Plan au pied des Aravis

Au pied du massif des Aravis, non loin de Flumet, de Praz-sur-Arly, des gorges de cette dernière, de l’Arrondine, du col des Aravis, de la Cluzas, du Grand Bornant et autres, nous ne pouvions ne pas  rester les bras croisés, devant tout cela. Bon je ne vous cache pas que suivant où nous étions, c’était un peu « chicos » et que ce n’était pas vraiment ce que nous recherchions tous les deux, mais une fois que les petites routes, nous faisaient sortir des «sentiers des Hommes», du modernisme, la nature s’offrait à nous dans toute sa splendeur. Le plateau de Beauregard au col de la croix Fry, le col des Annes au-dessus du Grand Bornant, les montagnes des Saisies ne sont que du bonheur !!

 Et après cela, quoi de plus naturels que de passer à Thônes en faisant route vers le lac d’Annecy et s’arrêter à la coopérative  du reblochon fermier (la fruitière du Mont Blanc), pour faire le plein de fromages et autres charcuteries de pays……

Côté météo, nous sommes arrivés dans l’été indien du Canada, qui c’est très vite changé en météo irlandaise sans monstre du Loch Ness, ni même de Connor Macleod, mais nous étions à deux doigts de voir Chemo le Yéti !!!!! Avec ce magnifique saupoudrage de sucre glace sur les magnifiques sommets de la chaîne des montagnes des Aravis.

Plateau de beauregard au col de la Fry
Plateau de beauregard au col de la FryPlateau de beauregard au col de la Fry

Plateau de beauregard au col de la Fry

La chaine des Aravis
La chaine des Aravis

La chaine des Aravis

Le col des annes

Le col des annes

La panier de champignons non loin de Crest-voland

La panier de champignons non loin de Crest-voland

Côté pêche, l’Arrondine est restée pour moi un secret, première sortie et au bout de dix min je me suis retrouvé à pêcher en réserve (merci le panneautage de l’AAPPMA), mais nul n’est censé ignorer la loi !! Je suis alors monté plus en amont sous la Giettaz, un endroit d’une pure beauté, mais hélas bien vide de touches et de poissons. J’ai essayé aussi par deux fois la tête de bassin de cette rivière (alors plus torrent que rivière), au niveau du Plan, où nous étions au gîte, mais au vue du profil de ce torrent, mes peurs et mes doutes à son jugé se sont bien révélés fondés. Après les pluies et une Arrondine bien en chair, je me suis essayé à un joli parcours sous le hameau des Glières sans succès, au parcours après le lac du Flumet, endroit de rêve, sans doute le plus beau de cette rivière, mais je me suis retrouvé devant une porte fermée dans une eau mâchée, susceptible pourtant de mettre le nez des poissons à la fenêtre. Il y a parfois des rivières qui ne réagissent pas comme on le voudrait et qui sortent de l’ordinaire, à moins que ce soit le radical changement de temps, la neige fondante mélangée avec la pluie qui ont cruellement descendu mon moral de pêcheur et surtout l’appétit de Dame Fario.

L'arrondine
L'arrondine L'arrondine
L'arrondine

L'arrondine

Heureusement que j’ai pu découvrir au cours de ces moments de pêche, des endroits plus petits, appelaient Torrent ou Nant et qui du plus long au plus court m’ont permis de faire le plein de poissons. J’ai eu le plaisir d’y prendre des truites magnifiques, parfois de « belles tailles » pour les endroits que je découvrais. Parfois il n’y avait que deux cents mètres de pratique, parfois c’était un peu plus long avant que je ne tombe, sur un manque de poissons, où un infranchissable et parfois il y a eu des choses bien plus longue et comme on dit, plus c’est long plus c’est bon !!! La robe des poissons n’était certes pas celle que je peux encore trouver dans certains secteurs préservés de mon Diois, mais j’ai trouvé que la robe des truites se mariait idéalement bien avec le cadre et la physionomie de ces petits cours d’eau.

Et puis vous savez, à force de me lire et à force que je vous rabâche ce profil de cours d’eau dans mes articles relatant mes sorties pêche, si on enlève le côté acrobatique et « Alpiniste » ce que je n’ai jamais été, ces endroits restent « mon plus grand Kiff » (comme dirait les jeunes !!). J’ai vraiment eu le plaisir à découvrir ces endroits et surtout y prendre plaisir à y séduire les truites qui pouvaient être charmés avec un vers de terreau au bout de ma ligne.

Nants & torrents
Nants & torrents
Nants & torrents
Nants & torrents
Nants & torrents
Nants & torrents
Nants & torrents
Nants & torrents
Nants & torrents
Nants & torrents
Nants & torrents
Nants & torrents
Nants & torrents
Nants & torrents
Nants & torrents
Nants & torrents

Nants & torrents

Mis à part cela et ne pouvant en rester là, par soif de découverte et de savoir, j’aurais aimé au moins une fois pêcher un bout de la belle Arly dans ses gorges et de réussir à prendre un poisson dans l’indomptable Arrondine et non Angélique ...

Il aurait fallu pour cela que je reste un peu plus, pour avoir un peu plus de temps pour découvrir des endroits de pêche et revoir des secteurs non loin qui restent si chère à mon passée. Nul doute que je reviendrais par là-haut, avec Madame et Monsieur Nayko, car là-haut nous y étions bien, nous avons eu durant une semaine, une autre vie et dur était le retour dans la Drôme. Sans « cracher dans la soupe «, car les montagnes de mon lieu de villégiature, la vallée de la Drôme sont des sites remarquables et d’une grande beauté, mais les chalets Savoyards, les sommets à plus de deux mille mètres, les sapins, les vertes prairies et les troupeaux de vaches laitières donnant le lait des diverses appellations fromagères, c’est quand même autre chose, je serais des plus stupides de ne pas le reconnaître. C’est un peu comme quand on pêche dans les Pyrénées en plein été et que l’on se retrouve après quelques jours sur une rivière de la Drôme, bonjour le changement  et le décalage entre deux mondes si lointains et pourtant si proches!!!! 

Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents
Les belles dames des torrents

Les belles dames des torrents

Voilà ce que fût cette semaine, une semaine liée à jamais dans un coin de mon cœur, de mes souvenirs et parfois en y réfléchissant et pensant au futur d’un homme de la cinquantaine, il y a bien des choses, qui me freine pour le moment, qui nous freine madame et moi à ne pas franchir le pas, mais qui sait dans un moment de folie, au moment de la retraite pourquoi ne pas penser finir nos jours entre montagnes et torrents……

A très vite !!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Salut Serge,
Merci pour ce partage. Photos et textes. Pour les reblochons la ferme fruitière du col des Annes juste vers le parking des restaurants, ils sont à tomber par terre et ne pas sans relever tellement ils sont bons et crémeux. Fabriqués sur place en été et un peu plus bas vers le golf en hiver. Pour les champions nous c’était au plateau des Glières début septembre. Bon hiver à toi, à vérifier cannes et autres accessoires . Au plaisir de te lire et pourquoi pas sur le bord de nos rivières et ruisseaux de Drôme, à la prochaine saison. Bon vent.
Gérard
Répondre
T
Salut Gérard, Merci pour le tuyau, c'est bon à savoir pour l'an prochain, si nous remontons mon épouse et moi en Savoie (sans doute !!). Si tu veux venir pêcher en Drôme, avec grand plaisir, je pourrais te faire découvrir la Gervanne et les rivières du Diois. Fini bien l'année, prends soins de toi et au plaisir.
Serge