Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par truitepassion.fr

Avez-vous déjà eu l'occasion d'utiliser les services d'un guide de pêche ? Voilà la question que je vous pose en introduction des propos qui vont suivre.

Une journée de guidage !!

Je pensais un jour vivre cette expérience, car il ne faut pas « camper « sur ces positions, si on veut évoluer et ainsi avoir et connaître ce que l'on ne pêche pas, ni en poisson, ni en grandeur de cours d'eau. Je sais très bien que certains d'entre vous prendront l'utilisation d'un guide de pêche, comme de l'argent que l'on jette par la fenêtre, ni voyant aucun bon côté, ni intérêt, pour ma part je voyais cela comme une journée d'apprentissage, une chose des plus ludiques et pédagogiques.

L'occasion m'était donné donc ….Enfin mon ami le grand «Duss » alias Sylvain Dussert me donnait ainsi l'occasion de pouvoir l'accompagner afin de faire évoluer notre pratique et conception de la pêche vers une inconnue ou presque !!

 J'ai donc tout naturellement sauté sur l'occasion, en ayant en point de mire le côté ludique et pédagogique de ce qui allait m'attendre. Dans mon esprit j'allais apprendre comment pêcher une grande rivière, les grandes veines d'eau et les grandes dérives, la taille des poissons n'était vraiment que secondaire pour moi, mais je voulais quand même essayer de prendre un ombre, poisson que je n'avais jamais eu l'occasion de pouvoir croiser dans mes escapades halieutiques et par la même d'attraper. Je n'avais jamais eu l'occasion d'en voir un et il n'y avait qu'au travers des photos et des vidéos que je pouvais contenter cette lacune. J'allais certainement connaître et apprendre de nouvelles sensations, des choses qui sont diamétralement opposées à ce que je pratique depuis, pas moins de 30 ans.

Mon ami Sylvain avait choisi comme guide Fabien Caterina, digne fils du grand "Léo Cat" connu comme le loup blanc en Chartreuse et bien plus encore. Fabien allait ainsi nous enseigner à tous les deux, cette pratique de la pêche dite »à la Sempé », une pêche aval, canne haute, ligne détendue. Il a été, des plus pédagogues et je voudrais au travers de mes propos le remercier de son apprentissage, de ces conseils, de ça bien vaillance et de sa gentillesse.

Sincèrement, je peux vous dire que mon ami Sylvain a été sans l'ombre d'un doute meilleur élève que moi, certes il avait un jour de plus que moi de guidage, donc une avance considérable, mais pour ma part j'ai dû revoir et remettre à plat plus de trente ans de pêche en une journée. Il a fallu que je me fasse violence, je n'aurais jamais pratiqué la pêche avant ce fameux vendredi de la fin de ce mois de mai, je pense sincèrement que finalement je n'aurais pas plus « bataillé » !!

Rendez-vous compte que j'allais pratiquer une pêche aux antipodes de la mienne. Fini la pêche amont, la dérive ligne tendue, canne plus ou moins haute, le lancer sous la canne, il n'y avait que sur la conception de la ligne et de la plombée que je ne pêchais pas, si je peux m'exprimer ainsi !!

J'allais découvrir les pieds dans l'immensité de la rivière, le positionnement du corps et des jambes, le lancer fouetté revers et coup droit plus ou moins amont, la canne à l'horizontale et parallèle à la rivière, poignet légèrement tourné d'un quart de tour afin que la ligne ne vienne pas s'emmêler à la manivelle du moulinet, la bobine du moulinet qui se vide de quelques mètres au début de la dérive et du positionnement de la canne haute, la hanse du pick-up qui se ferme, ensuite la ligne qui prend place et commence à pêche en face du pêcheur, l'accompagnement de la dérive par l'allongement du bras qui tient la canne de plus en plus bas et en point final, le coup de poignet au cas où un poisson ne vienne prendre l'appât à la fin de la dérive. Un coup de manivelle, on reprend la ligne dans la main, on laisse la longueur adéquate de ligne sortie du dernier anneau de tête et on recommence. Au bout de quelques dérives, on fait quelques pas en aval et on recommence, ainsi de suite ......

À la fin de la journée, je n'avais pas mal aux jambes, mais aux bras et au muscles du tronc que je n'avais pas l'habitude de faire travailler, au bout d'une journée de pêche comme celle que je venais de vivre, même la Ps Dark en 3,60m (canne exceptionnelle, merci à Pierre Sempé de l'avoir imaginé et conçu) pesait « un âne mort » c'est pour vous dire !!

Même si tout n'a pas été parfait pour une première, je sais maintenant que je possède « une corde de plus » à ma pratique de la pêche et que même si je n'y pêche pas souvent je serais comment appréhendé une rivière d'une grandeur importante. J'étais donc venu apprendre et j'ai beaucoup appris, j'étais venu aussi pour entrevoir ce poisson mystérieux, ce grand étendard, j'ai eu le plaisir d'en prendre un, de lui livrer un joli combat et de le voir finir dans l'épuisette du guide (ombre de 45 cm). Seul poisson pour moi de cette journée, mais poisson au combien symbolique, qui m'a rendu le plus heureux. Mon ami Sylvain fera mieux, même beaucoup mieux avec deux belles truites le matin et trois ombres l'après-midi.

J'ai essayé deux jours plus tard de mettre en pratique les enseignements de cette journée de guidage avec Fabien sur une rivière moyenne du Vercors au profil varié, difficile de pêcher aval, difficile de pêcher canne haute (végétation) et faire des dérives avec une ligne détendue, difficile le lancer revers, voir coup droit, j'ai donc gardé ma pêche amont, ma dérive ligne tendue et mon jeter de ligne plus ou moins sous la canne (quand je pouvais fouetté revers je le faisais), mais j'ai gardé la conception de la plombée sur la ligne, avec des plombs qui sont plus espacés et surtout l'enseignement de Fabien sur le combat du poisson (canne basse), j'ai même pris une truite en toute fin de dérive avec une canne à l'horizontale, parallèle à la rivière, le bras tendu pour accompagner cette fin de dérive (le poisson est venu se piquer tout seul).

Même si cela, reste de la pêche aux appâts j'ai vu la différence entre cette pêche « dite à la Sempé », cette pêche aval avec ces grandes dérives et la pêche que je pratique en moyen cours d'eau, c'est une pêche bien spécifique avec ces particularités et ses propres règles, cette pêche est vraiment plaisante et puis cerise sur le gâteau on peut tomber au final sur quelques jolis poissons même de très jolis !! Cependant, je ne me lacerais jamais de ce que je pratique au quotidien, pour la beauté des lieux, des rivières et la robe si sauvage des poissons, tout ce qui me fait vibrer depuis plus de trente ans. Finalement, il n'y a qu'une pêche aux appâts naturels, mais avec des variantes significatives suivant la grandeur du cours d'eau…..

Pour finir, je voudrais dans un premier temps, remercier Fabien Caterina pour son enseignement, son approche de la pêche aux appâts en dérive naturel (pêche à la Sempé) et sa gentillesse, donc si vous cherchez un guide en Chartreuse (en plus l'endroit est magnifique) je vous le conseille. Vous trouverez le lien de son site à la fin de cet article. Et dans un second temps, je vous conseille, même si vous restez assez dubitatif après avoir lu ce reportage, de franchir le pas et de prendre un guide pour le côté « ludique et apprentissage » ou pour le côté « recherche du gros poisson », je suis sûr que vous ne le regretterez pas. D'ailleurs je voudrais dire « Merci » à tous les guides de pêche de France qui œuvrent à nous enseigner leur savoir, moyennant finance bien entendu, un juste retour des choses je pense !!

A très vite .....

Crédit photos: Fabien Caterina, Sylvain Dussert (merci à eux) et moi-même.

 

Sylvain avec un ombre

Sylvain avec un ombre

Sylvain en plein combat

Sylvain en plein combat

Le pêcheur au béret en action

Le pêcheur au béret en action

ouf !!! dans l'épuisette ....

ouf !!! dans l'épuisette ....

un "spot " fabuleux

un "spot " fabuleux

Sylvain dans son élément

Sylvain dans son élément

Notre guide Fabien, nous démontre la dérive parfaite

Notre guide Fabien, nous démontre la dérive parfaite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :