Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fermeture

Pages

Publié par truitepassion.fr

En tant de pêcheur assidu, il y aurait beaucoup d'histoire à raconter tellement la pratique de la pêche procure des moments magiques, que ce soit par des aventures entre amis ou en solitaire, les péripéties halieutiques sont nombreuses, mais certaines ont un peu plus de saveurs que d'autres. Celle que je vais vous raconter à travers ces quelques lignes est une petite anecdote assez drôle et passionnante que j'ai vécu lors d'une journée du mois de mai.

J'étais assis confortablement dans mon fauteuil en train de potasser pleinement un des merveilleux ouvrages de Christophe Noharet (confessions d'un pêcheur à la mouche), ce livre passionnant nous enseigne tout ce qu'il faut savoir pour aller en quête des truites sauvages. Que nous manipulons ou pas le fouet, nous avons pleinement à apprendre de son analyse de terrain... Mais je ne vous en dirai pas plus à ce sujet, car il faudrait des pages entières pour le résumer et je vous invite sans hésitation, à le découvrir par vous-même.

Les pages s'enchaînèrent les unes après les autres quand tout à coup j'entendis la douce voix de mon épouse criait : » CHHEERRIIIIII !!! IL Y A PLEIN DE MOUCHES DANS LE GARAGE !!!!! » (Je vous laisse imaginer les doux mots d'amour qui vont avec (MDR!!)). À ce moment-là un air d'étonnement me vins tout de même, car je fus tout aussi surpris qu'elle. Mais après trois, quatre secondes de réflexion j'eus vite compris le pourquoi du comment et par un élan magistral je courus au secoure de ma belle en détresse. Ni une ni deux la situation fut maîtrisée et le bouchon de la boite d'élevage fut visé pour de bon !!

Ben quoi, cela arrive à tout le monde non ??

Mais regardons tout de même le bon côté de la situation, au moins une chose était sûre c'est que les asticots mis en éclosion il y a quelques semaines de cela, étaient bel et bien arrivés à maturation (à mon grand bonheur). Et maintenant que la tension était redescendue j'avais qu'une envie, retrouver la rivière et espérer faire pêche !!

En regardant l'horloge je me rendis compte qu'elle tournait à une vitesse inconcevable et un cours créneau m'était offert, j'avais à peine trois heures d'évasion devant moi... Mais parfois il en faut peu pour réussir sa pêche et j' allais emprunter malgré tout, la route pour rejoindre la rivière.

Cette dernière me tenait en échec depuis le début de la saison et un vaste goût amer était en travers de ma gorge. Je n'étais dit que lors de ma prochaine visite, j'allais proposer aux truites cette mouche naturelle, c'est donc tout naturellement que j'ai pris avec moi ce fameux appât, paraît-il que ce sont (les mouches) de véritables aimants à truite !! Je suis donc arrivé devant cette merveille, sur un tronçon possédant de magnifiques pools ou se faufile de belles truites, la souche méditerranéenne est plutôt bien présente grâce à une gestion patrimoniale instaurée depuis de nombreuses années.

L'eau était d'un niveau plus que correct dû aux pluies antérieures et les fonds lavés de tous sédiments permettant une eau cristalline. Tel un prédateur traquant sa proie j'approchais à pas de loup et je fis passer ma ligne naturellement dans la veine de bordure. Par une touche presque imperceptible mon crin se tendit, un ferrage immédiat et ce fut pendu !!

Les premiers coups de tête rageurs ne trompent pas !! Il s'agissait  bel et bien d'un poisson imposant. L'énergie qu'il déploya ne me facilita pas la tâche, ses nageoires affutées brisèrent le courant, il secoua la tête, mais rien à faire l'hameçon était fermement accroché. Et pendant cinq bonnes minutes je luttai, j'eus peur, je priai, car je le voulais celui-ci....

Trois heures de pêche un après-midi de Mai (par Sylvain Dussert).

Lorsqu'il est rentré dans l'épuisette je n'en revenais pas, il était d'une beauté incroyable, il s'agissait d'un beau mâle Fario, sa robe était parfaite. Spontanément je me suis agenouillé devant mon souverain pour admirer avec amour les mille points rouges et noirs parsemé entre ses zébrures, sans aucun doute il est pour moi le roi des rivières. Sans suit alors une courte séance photo puis libre comme le vent il ne se fit pas prier pour rejoindre son royaume.

Quel moment magique !!!

Trois heures de pêche un après-midi de Mai (par Sylvain Dussert).
Trois heures de pêche un après-midi de Mai (par Sylvain Dussert).

Aujourd'hui j'ai pris énormément de plaisir à pêchais avec cet appât, qui je pense est souvent délaissé par le pêcheur pour cause de contrainte d'élevage. Mais une fois que les bonnes manipulations sont acquises, de belles pêches nous attendent, car cet appât reste redoutable en cette fin de printemps et ce jusqu'à la fermeture. J'aurais également lors de ma session la joie de courtiser au bout de la filoche quelques truites toutes aussi précieuses.

Une nouvelle fois merci majestueux Vercors.....

Sylvain.

Texte & Photos: Sylvain Dussert.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article