Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par truitepassion.fr

Si pêcher sous la pluie n'est pas un acte volontaire, mais plutôt de volonté personnelle, car dans des conditions pareilles on se dit parfois que l'on serait mieux à la maison qu'au bord de l'eau sous « la flotte », je pense que c'est une période à ne pas négliger et que l'on se doit de partir à la pêche avec des temps ou l'eau ne dévale pas des cascades, mais bien du ciel. Même si parfois on peut nous prendre pour des fous, voir des inconscients, mais des inconscients passionnés et sachant très bien ce qu'ils ont à faire sous la flotte, avec la plus grande prudence bien entendu...

Pêcher sous la pluie

Tout d'abord, est-ce que vous aimez pêcher sous la pluie ?

Personnellement, cela ne me dérange pas, il faut être bien équipé de la tête aux pieds et pêcher avec une canne adéquat. À cela, on sait tous ou presque que tous les changements climatiques que nous indique le baromètre peuvent avoir une influence positive sur le poisson et en l'occurrence sur la truite Fario de nos rivières de première catégorie (surtout quand le dit baromètre indique la pluie). Il faut donc être au bord de l'eau sous la pluie et bien plus encore si cette dernière a gonflé les eaux des rivières, ce qui va inexorablement faire bouger le poisson et faire sortir des poissons que l'on a pas l'habitude (ou très peu) de rencontrer sur le secteur que l'on s'est donné à pêcher. La truite n'étant pas « folle », elle sait très bien que la montée des eaux va lui apporter de la nourriture à "gogo".

Pêcher sous la pluie

Toutes les pluies sont donc prolifiques pour la pêche et le pêcheur, il ne faut donc pas hésiter à sortir même si les conditions ne sont pas idéales et qu'à la vue du temps annoncé, on serait mieux à la maison devant un bon film, ou un match de rugby !!

Mais attention, à ne pas confondre, pluie fine d'été, pluie de printemps et pluie à caractère orageux.....

Les pluies fines d'été peuvent après des journées de grosses chaleurs apportaient un peu de fraicheur et mettre en effervescence la rivière avec la sortie des insectes aquatiques ce qui va faire sortir de leur torpeur estivale nos belles dames.

Les pluies printanières peuvent avec de gros cumuls faire gonfler les eaux des rivières et des ruisseaux et apportent avec eux un gros apport de nourriture dans leurs eaux chargées.

Les pluies orageuses d'été peuvent, aussi avoir le même impact sur la rivière et cela en quelques secondes, attention la foudre et le carbone de nos cannes étant dès plus compatible, il est bon de ne pas pêcher durant l'orage, à moins d'avoir des tendances suicidaires. Malgré, tout on peut très bien être au bord de l'eau avant l'orage (les truites étant alors souvent folles, mais attention de bien plier la canne au bon moment (avant le tonnerre et les éclairs de foudre)), voir être au bord de l'eau à la fin de ce dernier et pêcher les eaux troublées, par les fortes précipitations de l'orage. Quoi qu'il en soit ne jouons pas avec le feu, même si notre passion reste dévorante, ce n'est pas la peine de faire n'importe quoi non plus et ainsi de jouer aux kamikazes.

Pêcher sous la pluie

Si les pluies printanières, durent quelques jours et apportent avec elles, un cumul non négligeable d'eau dans les rivières (comme en ce début de mai par chez moi en Drôme), dans les ruisseaux, ainsi que dans la nappe phréatique. Que l'eau « dégueule » dans les prés et que les montagnes se transforment en cascades éphémères, que les ruisseaux deviennent des torrents et les rivières des fleuves, n'ayez pas peur de sortir et d'aller à la pêche, même si vous savez que cela risque d'être compliqué à pêcher, n'hésitez pas !!

Il y a cependant quelque règle à respecter afin de pouvoir prendre quelques poissons et parfois de très jolis poissons.

Il va vous falloir monter vers les têtes de bassins, trouver des ruisseaux ou le débit est un peu plus « maigre » que sur d'autres affluents. Si toutefois vous n'avez pas cela, sous la main, ou si vous n'êtes pas un amateur de la pêche des ruisseaux, il va vous falloir trouver un secteur de rivière praticable depuis le bord ou les deux bords, sur un linéaire assez important afin de pouvoir pêcher quelques heures.

Même si les débits restent soutenus, le ruisseau de par sa « petitesse » pourra sans doute vous permettre de pouvoir pratiquer sur les postes les plus calmes (ex : remous, bordures, etc..) et surtout de pouvoir escompter de passer de partout, même avec un niveau d'eau assez conséquent.

Devant une rivière en furie, comme je le disais un peu plus haut il va vous falloir trouver un lieu praticable de la berge, pêcher les trouées dans la végétation et tous les postes susceptibles de ne pas être pris dans les courants violents. Vous ne pourrez pas pratiquer sur tout le linéaire de la rivière, il va falloir donc peigner méticuleusement les postes les plus calmes, afin de faire sortir les plus belles truites de la rivière qui sont avec ces eaux fortes « le nez à la fenêtre »

N'ayez pas peur de pêcher avec une canne anglaise de 3,90m, avec une plombée conséquente et un joli vers de terreau qui va représenter une bonne bouchée pour notre Fario et n'oubliez pas l'épuisette qui va vous rendre de très grands services.

Le vers de terre, voire de terreau reste l'appât idéale de ces conditions extrêmes. Il ne faudra alors pas avoir peur de pêcher avec des gros vers (style Dendros) et laisser de côté les nymphes et autres appâts naturels que nous pouvons trouver durant la saison.

La longueur de la canne vous sera utile pour maintenir la dérive et surtout allez chercher des postes calmes de l'autre côté du courant démonté.

Même si ce n'est pas l'idéale de pêcher sous la pluie, avec une canne téléréglable, avec une plombée conséquente et une pêche sous la canne, vous n'aurez aucun mal à pratiquer en ruisseau.

Pêcher sous la pluie

Vous constatez que pêcher sous la pluie, sur des cours d'eau au niveau conséquent, reste envisageable et est même recommandé avec parfois de très bonnes surprises à la clé.

Il va vous falloir cependant être équipé d'une bonne veste de wading, pour ceux qui pêchent avec un waders ou alors d'une longue veste de pluie (descendant jusqu'au genou, afin de ne pas avoir le haut du pantalon mouillé) pour ceux qui pratiquent en cuissarde. Il existe de très bonnes vestes chez diverses marques pour rester au sec dans des conditions climatiques difficiles, toutefois attention de bien veiller à ce que l'eau par ruissellement ne finisse pas, après des heures de pêches à mouiller les manches de vos avant-bras. De très bonnes attaches au niveau des poignets restent essentielles et même « quasi vitale », la position du pêcheur au Toc va faire qu'au bout d'un moment l'eau ruissellera à l'intérieur de votre manche (le plus souvent se sera celle de la main qui tient le fil qui sera mouillé en premier), si vous n'avez pas de très bonnes attaches au niveau des poignets. C'est un point à ne pas négliger lors de l'achat d'une veste de pêche !!

Personnellement, quand je pratique sous la pluie, étant donné que je place mon gilet de pêche sur ma veste de wading, je laisse le strict minimum dans ce dernier, j'enlève donc tout ce qui est susceptible de prendre l'eau (carte de pêche, carte des rivières, lunette, etc..). Ce dernier va obligatoirement finir mouillé, il serait dommage d'y laisser des affaires qui finiront par être trempées et certainement « fichus ».

Mais quoi qu'il arrive, je garde toujours mon couvre-chef, même si la pluie tombe de trop je le recouvre de la capuche de ma veste.

Je ne serais aussi vous recommander de prévoir dans des conditions extrêmes de quoi vous changer après une bonne partie de pêche, n'oubliez pas le tee-shirt, la veste, le sweet, afin des vêtements secs qui vous seront bien utiles et qui vous réchaufferont le corps et l'âme.

La pêche sous la pluie, avec des rivières ou le niveau d'eau est important et une question de bon sens, de prudence, de logique, même si tout n'est pas praticable et que vous allez sans doute plus marcher sous la pluie que pêcher, ne vous privez pas de ces moments où vous pourrez rencontrer de jolis poissons et surtout où vous serez tout seul, car ces conditions difficiles, voire extrême déboutent pas mal de pêcheurs croyez-moi !!

Mais ces moments sous la flotte, presque dans un autre monde avec le brouhaha de la rivière qui coule, valent le coup d'être vécu, mais attention devant les forces de la nature, la prudence reste de mise, même si notre passion reste dévorante et parfois enivrante, il n'est pas question de jouer les inconscients, soyez donc sûr de vos gestes et de votre pêche, soyez donc tout simplement encore plus prudent qu'à votre habitude et calculer tous les risques possibles.

Pêcher sous la pluie

Après cela, donc une fois rentré à la maison, il vous faudra tout faire sécher, veste, waders, chaussures, cuissardes, vêtements, casquettes ou bérets, etc.. Prévoyez de les mettre dans une pièce adéquate, afin de ne pas vous faire "engueuler par Madame » et surtout prévoyez le fameux «tancarville » (l'étendoir à linge d'intérieur), un ustensile bien pratique pour le pêcheur qui pratique par des temps extrêmes.

Maintenant si vous ne trouvez pas un « coin » ou tremper votre ligne, vous pourrez toujours admirer la force de l'eau, la rivière qui gronde et la nature verdoyante en vous baladant le long des rives des cours d'eau.

On voit le monde différemment sous la pluie !!!

A très vite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :