Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fermeture

Pages

Publié par truitepassion.fr

Les mauvais jours de mars et le pêcheur.

Les premières journées de pêche de mars, donnent parfois l'occasion de se confronter aux températures et au climat de l'hiver. Même si parfois on sent le printemps arrivait, il ne faut pas oublier que l'hiver peut-être encore présent et peut même faire de la résistance jusqu'en avril, voir à la mi-mai (souvenir de 25 cm de neige un 1er mai non loin de chez moi et une partie de pêche avortée).

Alors qu'ici la semaine dernière, la Drôme était dans la douceur (semaine du 1 au 7 mars), l'hiver est revenu en force cette semaine. Mis à part le jour de l'ouverture ou après les fortes gelées de la nuit le soleil nous a réchauffé sur les rives des cours d'eau, le restant n'était pas du même ordre.

Lundi (15 mars) une matinée de pêche dans 10 cm de neige et sous les flocons qui tombaient, une après-midi sous la pluie et ce matin (mardi 16 mars) un vent du nord croisé avec le diable à faire geler les os et tomber les doigts du pêcheur que je suis !!

A cela il faut ajouter des eaux plus que froides, deux degrés samedi et cinq aujourd'hui (mardi 16) et vous avez un pêcheur frigorifié des pieds, des mains et du visage. Malgré toutes mes précautions, chaussettes en laine, sous-vêtement en polaire, pull, veste en polaire, veste de wading, tour de coup (un véritable épouvantail et un remède contre l’amour…), avec des temps comme cela à un moment donné le froid nous envahit et on languit que le soleil se lève et qu'il nous donne un peu de chaleur. Si soleil il y a bien entendu, sinon il faut faire avec....

Qu'il est agréable ce soleil de mars, il nous réchauffe et en plus il peut faire sortir de leur torpeur quelques dames des eaux fraiches pour notre plus grand plaisir.

Quoi qu'il en soit parfois, je me dis qu'il faut être complètement fou, avoir perdu la raison et avoir à coup sûr une passion viscérale pour la pêche, pour aller faire des heures à tenir une canne sous « la flotte », ou avec une météo à ne pas mettre un chien dehors !! (pourtant le mien me suit quoi qu'il en soit....)

Notre esprit d'humain oublie ce que la nature peut nous faire subir en mars, un soir de juin les pieds dans l'eau « fraiche « en tee-shirt on est très loin de se souvenir de mars, de la neige, de la flotte et de l'eau à deux degrés….

Pourtant, ce matin (mardi 16 mars) au vu des conditions, je n'étais pas en juin mais bel et bien en mars, avec un temps exécrable. Au bout de quelques heures de pêche, le vent est venu au bout non pas de ma pêche, car suivant les méandres du petit cours d'eau, je pouvais idéalement pratiquer ma technique, mais il est venu à bout de mon corps me glaçant les mains à ne plus pouvoir tenir ma canne et jeter ma ligne. Je ne vous explique pas aussi les pieds dans l'eau à cinq degrés, heureusement que durant la dernière heure, le brouillard des sommets enneigés a fait place à un franc soleil qui est venu me donner de la chaleur et du baume au corps, un peu comme l'essence dans un véhicule, j'ai pu finir ma matinée de pêche et prendre d'ici et de là, les truites qui n'avaient pas froid, enfin celles qui étaient moins frileuses que les autres !!

Avec le recul je me dis qu'il faut sans doute avoir « une case en moins » pour sortir par ces temps et cette météo indélicate, je ne sais pas si même avec la passion dans quelques années j'irais « taquiner » la truite, la sagesse me fera sans doute attendre des jours meilleurs, même si l'envie me dictera de me retrouver au bord de l'eau.

À l'heure où j'écris ces lignes (17 mars), j'ai investi dans un bonnet en lieu et place de mon béret qui me couvre le peu de cheveux que j'ai sur le crâne depuis tant d'année. Je pensais pour les mains à la solution : « chaufferette de poche », mais je ne mets jamais les mains dans les poches de ma veste de wading.

J'ai pensé aux mitaines, mais l'acte de pêche deviendrait sans doute compliqué à la prise de poissons, avec obligation de pêcher avec une épuisette. Obligation à la prise du poisson de le laisser dans les mailles du filet jusqu'à ce que je quitte les mitaines, ensuite je devrais me mouiller les mains pour la prise du poisson, me les sécher et remettre les mitaines .... Du temps et encore du temps, même si je ne suis pas un pêcheur pressait quand je pêche. À bien y réfléchir, finalement je fais un peu les mêmes gestes pour immortaliser mes prises et la nature que je découvre, à voir donc !!!!

Pour les pieds, il y a les chaussettes chauffantes, cela à un coup important, je ne sais pas si c'est vraiment bon pour la circulation du sang et puis d'après ce que j'ai pu lire, elles n'ont pas une très grande autonomie (quelques heures maximum).

Finalement, je pense que je vais rester comme cela, les mauvais jours de mars et d'avril ne durent qu'un moment par rapport à toute une saison de pêche, qui elle dure six mois et puis si le temps n'est pas bon dehors je resterais dans la chaleur de mon foyer ..... (sans doute !!!!).

A très vite.

PS:  la publication de cet article, je ne pourrais oublier ma chienne Ella qui est partie au paradis des chiens, voilà quatre ans, un vingt mars premier jour du printemps. Je sais que de là où elle est, elle garde un oeil bienveillant sur moi et garde à jamais dans son esprit tous les moments de bonheurs que nous avons connus ensemble sur les rives des paradis ensoleillés. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Fario 22/03/2021 11:29

Paix à elle et chaud à toi

truitepassion.fr 28/03/2021 14:55

Merci pour ton commentaire Jean, merci d'avoir eu toi aussi une pensée pour elle.
@+
Serge