Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par truitepassion.fr

Chronique d'une ouverture annoncée. (par Jean-Denis Pouget).

           Fin Février 2021. L'hiver avait été rude. Pas forcément très froid; ça non; ici en Haute-Loire on a l'habitude du froid. Surtout celui de la burle qui court sur les plateaux. Mais cet hiver là faisait suite à une année pas comme les autres.

              "Pas très froid, pensait Flapy, mais long, très long. Surtout après cette année spéciale. Oui spéciale c'est bien le mot. Rien n'a été comme il faut."

             Tout d'abord ça avait commencé par un printemps très agréable et une ouverture exceptionnelle, temps doux, rivière en eau..... Puis le 17 Mars, mauvaise nouvelle. Un microbe venu d'Asie entraine un confinement général de la population. Pile une semaine après. Si le 1er Mars n'avait pas été un samedi il n'y aurait même pas eu d'ouverture. Et pendant ces deux mois d'enfermement il a fait une douceur, des journées ensoleillées à n'en plus finir .... Flapy, comme tous les pêcheurs de la région, rongeait son frein. Et pas possible d'y aller, la brigade de gendarmerie d'Aurec était sur les dents et traquait tous les contrevenants. 11 Mai 2020, la délivrance. Mais patatras .... le soleil en veux tu en voilà. Pas une goutte d'eau, de la chaleur: pas bon pour les rivières. Et 2020 fut une nouvelle année de sécheresse. La troisième.

            Alors Flapy attendait avec impatience ce 13 Mars 2021. Et cette année il comptait bien en profiter. Dès la fin Février il partait tôt le matin. Il passait loin de la ferme à Toine pour ne pas faire aboyer les chiens et récupérait sa voiture qu'il avait laissée au chemin du Bourgeat. Puis il allait repérer quelques secteurs qui lui avaient manqué.

Chronique d'une ouverture annoncée. (par Jean-Denis Pouget).

             Il avait commencé par la Dunière à Saint Pal de Mons, au Pont de la Vache. Nommé ainsi car il arrive qu'une carcasse de bête, les oreilles coupées, se retrouve aux pieds du pont. L'accès était facilité par un petit chemin en balcon qui longeait le cours d'eau. C'était là son avantage mais aussi son point faible. Nombreux étaient ceux qui le connaissaient. De là-haut le regard portait loin sur la rivière et permettait de voir si d'autres pêcheurs étaient là. Souvent Flapy les avait vus se cacher puis remonter un peu, juste assez pour lui passer devant. Mais ça c'était une autre histoire. A cet endroit la rivière n'était pas très large, de 3 à 5 mètres, d'une profondeur moyenne de 0,50 à 1m. De nombreux rochers offraient à Dame Fario d'excellentes caches et les postes de chasse étaient nombreux. Les truites y étaient en nombre, nerveuses et pas toujours très coopératives. Il y avait bien deux ou trois passages difficiles mais pour qui connaissait la rivière, rien d'insurmontable. Si ce n'était pas là son ouverture, il y retournerait surement plus tard, vers la mi-avril ... qui sait????

            Ou alors il irait aux Villettes, toujours sur la Dunière mais un peu plus aval. L'accès était plus long, plus encombré. Il faudra penser à prendre un sécateur pour se frayer un chemin sur les sentes de moins en moins entretenues. C'était là son coin mais avec l'âge, la remontée des gorges se faisait de plus en plus raide et difficile. Et puis ces gorges étaient de plus en plus fréquentées. Même les quads, engins maudits qui détruisent les chemins, y descendaient. Flapy en avait retrouvé un au gué, en équilibre sur un rocher. Ce jour là il avait bien ri devant la mine déconfite du pilote. La rivière est très belle, alternant des courants rapides entre les rochers et des platées peu profondes; large de 5 à 6 mètres maximum. Il avait déjà rencontré de beaux spécimens bien cachés dans ces eaux. Il connaissait par cœur ce parcours, peut être trop et songeait souvent à son père en le faisant et celui-ci n'était plus là pour le guider..

Chronique d'une ouverture annoncée. (par Jean-Denis Pouget).
Chronique d'une ouverture annoncée. (par Jean-Denis Pouget).

             Il avait aussi pensé à la Semène, sous le château de Lafayette. C'était la rivière la plus proche de chez lui, celle où il avait réalisé ses plus belles pêches quand il était jeune. A cette époque ils étaient peu nombreux à oser descendre dans les gorges, sous le pont du diable. La rivière courait entre les rochers, quelques gros trous cachaient de belles surprises, surtout dans la partie qui serpentait en forêt. Mais aujourd'hui la rivière n'était plus entretenue et de nombreux arbres étaient couchés depuis la tempête de 1999 ce qui en rendait les abords difficiles d'accès.

            "Non, cette année ce sera le Lignon, se disait-il, ça me changera." Il irait plus loin, en aval de Fay sur Lignon, entre le Grand Crouzet et le pont des Buffets. Ca lui fera l'occasion de revoir le père Vignal et peut être de ramener des œufs frais s'il en a. Le Lignon est beau, pas très large, 3 à 5 mètres, pas très profond, encombré par les branches basses et les rochers ... mais les truites y sont belles quand elles mordent. Que de bons souvenirs là-haut. Là, c'est une rivière type de la Haute Loire. Oui, c'est là qu'il fera son ouverture. Il en était là de ses réflexions quand quelqu'un toqua à la vitre de sa voiture.

            - "Hé Flapy, qu'est-ce que tu fais là?

            - Rien de particulier, tu vas bien Toine?

         - Ouais, ça va à part ma patte gauche qui m'tire un peu, mais ça va. Tu prépares l'ouverture cette année? L’attaqua un peu direct le Toine

            - Heu!!!! Pas encore.

            - Ha! Je m'posais la question vu qu'tu laissais la voiture en bas .....

            - C'est que j'ai à faire tôt le matin et j'voulais pas vous gêner; lui répondit embarrassé Flapy."

Chronique d'une ouverture annoncée. (par Jean-Denis Pouget).

             Toine le regarda un sourire au coin des lèvres mais n'insista pas. Il connaissait bien son voisin et savait qu'il serait muet comme une tombe. Le dimanche suivant, nous étions déjà début Mars, juste après la messe Toine était à l'auberge du coin et buvait sa Salers habituelle. Elle avait une saveur particulière car les bars venaient de rouvrir. Appuyé contre le dossier en skaï rouge de la banquette du fond, il écoutait les derniers ragots du coin d'une oreille distraite. Il aimait bien ces petits moments tranquilles d'apparence mais où on apprenait plein de choses sur la vie du village.

              -" Hé Toine, tu sais toi où le Flapy va faire son ouverture samedi prochain?

            - Hein????

            - Ben, tu dois bien avoir une idée sur le coin où va aller Flapy cette année.

            - J'en sais rien, mais alors que t'chi. Je peux juste vous dire qu'il prend beaucoup sa voiture ces temps-ci.

            - Et y va loin?

            - J'en sais rien de rien, il rentre à point d'heure et impossible de rien savoir. Tu n'auras qu'à le lui demander, il va venir prendre un verre tout à l'heure."

            Malgré une autre tournée de Salers, personne n'en apprit plus sur les préparatifs de notre ami. Ils auraient bien aimé savoir pour choisir, eux aussi, la bonne rivière. Toine observait la salle quand le brouhaha se fit moins fort et le silence s'installa rapidement. La porte s'ouvrit et Flapy entra. Il alla saluer le patron et se dirigea vers Toine.

Chronique d'une ouverture annoncée. (par Jean-Denis Pouget).
Chronique d'une ouverture annoncée. (par Jean-Denis Pouget).

          "-Salut Toine, ça fait du bien de retrouver son bistrot.

            -Sur.

            -Tu le payes ce verre?"

            Toine fit signe et deux Salers arrivèrent sur la table. C'était un point commun aux deux hommes. Ils aimaient la gentiane, cet or jaune de l'Auvergne.

            "- Hé Flapy, l'interpela Pierrot un faramelan* du coin, tu fais l'ouverture cette année?

            -Salut Pierrot, je t'avais pas vu. Bien sur que je vais la faire. J'aime bien les traditions et celle la en particulier.

            -Tu la fais où?

            -Hé tu sais, ça dépend de la météo. Mais j'ai mes habitudes et j'aime pas trop en   changer.

            -Ah! Dunière ou Semène?

            -On verra ....

            -Tu reprends quelque chose?

            -Merci Pierrot mais quand je bois trop je déparle**."

             La conversation s'arrêta là. Quand ils partirent les supputations allaient bon train.

            "-Je te dis qu'il ira aux Villette.

            -Mais non, assura péremptoire Pierrot, il la fera dans la Semène et j'ai ma petite idée sur l'endroit. C'est son coin, la où il va toujours."

            Et patati, et patata ... quelques tournées plus tard plusieurs commençaient à déparler sérieux.

            Le 13 Mars au matin, tôt, très tôt même, ils étaient quelques uns prêts à partir. Derrière les rideaux des fenêtres ils guettaient la voiture de Flapy. Mais elle était toujours garée en bas au carrefour. 6h00 rien. 6h30 rien. 7h00 ..... Mais que fait-il? Ses volets sont toujours fermés. 7h30, 8h00 ... Flapy, s'oublier ce jour là ???...

        Pendant ce temps Flapy était avec Paul, le vieux pêcheur moustachu de Saint Chamond. Ils s'étaient retrouvés à l'échangeur de Saint Ferréol vers les 6h00. Flapy était parti à pieds, tard, très tard la veille et avait dormi dans la vieille loge pas loin du rendez-vous. Ils avaient bien ri au moment du casse croute en pensant à tous ceux qui avaient attendu son départ. La journée entre amis avait été très sympa et quelques poissons s'étaient prêtés au jeu ... que du bonheur.

         Jean-Denis Pouget

Chronique d'une ouverture annoncée. (par Jean-Denis Pouget).

*: en gaga (patois) stéphanois, fier à bras.

**: en gaga, tenir des propos incohérents.

Note 1: il faut que je vous dise que tout dans ce récit n'est pas que le fruit de l'imagination de l'auteur et qu'il y a quelques vraisemblances dans les noms de lieux, de rivières et dans les personnages de cette histoire. D'ailleurs elle m'a été rapportée par Paul, le pêcheur moustachu, mon père.

Note 2: Désolé pour les voisins de Flapy mais mon père et moi ne savons vraiment rien sur l'endroit où il fera son ouverture le 13 Mars.

Texte et photos JD Pouget. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
J'ai été captivé par cette histoire !
Répondre
T
Moi aussi j'aime beaucoup les histoires de JD, elles sont captivantes comme tu le dis si bien Jean.
@+