Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fermeture

Pages

Publié par truitepassion.fr

Il est des pêcheurs passionnés à l’extrême. Ce pêcheur en fait partie car il vit pêche, il rêve pêche, il parle pêche, il lit pêche, il mange pêche…J’ai eu l’occasion de le rencontrer dans « sa » Drôme, en Ardèche et dans les Pyrénées. La truite est son poisson préféré, la Nature est son domaine, pour la pêche, mais aussi pour tous les bons moments qu’elle peut procurer à ses amoureux. Serge a une extraordinaire capacité à s’adapter dans tous les cours d’eau, même ceux qu’il ne connaît pas ! Il peut pêcher des heures sous une pluie battante sans se décourager et tirer son épingle du jeu malgré les difficultés que le mauvais temps présente.

Ce passionné partage tout sur son blog, ses connaissances, tant sur la technique de la pêche au toc qu’il affectionne particulièrement, que dans ses coins de pêche. Il donne la parole à tous les pêcheurs qui souhaitent s’exprimer, du plus chevronné au plus néophyte… Serge nous fait rêver quand il devient poète dans ses narrations formidables quant aux torrents endiablés, à leur environnement merveilleux et, bien évidemment, eu égard à « ses » farios de légende dont il est amoureux fou !

Il est intarissable dans ses propos sur la pêche au toc et tout ce qui tourne autour de ce loisir. Il a rencontré tous les « grands » du paysage halieutique national, mais il a su garder toute une fraîcheur de modestie. Il est passionné aussi de « sa » Sandrine avec qui il partage des sorties « Nature » et de son chien qui l’accompagne dans ses périples halieutiques.

Les rivières pures coulent dans ses veines et les truites sauvages nagent dan son esprit.

Il fait partie de ces hommes dont il faut croiser un jour le chemin !

A.A

L'interview du pêcheur (N35).

 1 Nom & prénom ?

     Bonnefois serge

2 Age ?

     52 ans

3 Profession ?

     Je suis réceptionnaire dans un entrepôt de logistique.

4 Quel est le département où tu résides ?

J’habite dans la Drôme, au pied du Vercors sud. Au bord de la petite rivière Sye (affluent en rive droite de la Drôme).

5 Depuis combien de temps pratiques-tu la pêche?

    Je me suis mis à la pêche, lors de mon service militaire (1989) donc nous sommes en 2021, cela fait 32 ans de pêche, pratiquement à temps complet.

6 D’où te vient cette passion?

   D’un petit cousin à mon grand-père, qui habitait à St Sauveur de Montagut (en Ardèche), Jean-Marie il s’appelait, un type extra ! Il m’a fait prendre mes premières truites sur la Glueyre à l’âge de 13 ou 14 ans, à l’époque il me faisait pêcher au niveau du village. Et parfois certaines truites trop courtes en taille  finissaient enveloppées dans un torchon dans mes cuissardes trop grandes (une autre époque, cette phrase va faire grincer, certains des dents, mais qu’importe, il ne faut pas avoir honte de son passé et je connais des redresseurs de tort qui jadis étaient pas loin de la braconne !!). Il y avait aussi la pêche de l’écrevisse, toujours sur la même rivière, mais des kilomètres plus bas au niveau du pont de la route de St Pierreville. Sans oublier ensuite la pêche avec les copains du Pouzin (Ardèche). Je ne pourrais oublier aussi la pêche aux vairons avec mon oncle Henri, j’étais alors un peu plus jeune, cela se passait sur l’Auzène au niveau du lieu-dit « le Moulinon ». Je me souviens de mes débuts, avec un matériel rudimentaire, une canne en deux brins avec un premier en bambou et le second en fibre de verre et un moulinet D50 tout cela pour essayer de prendre les truites de la Glueyre.

 

7 A quel âge as-tu pêché pour la première fois?

     Je devais avoir une dizaine d’année.                                                                    

8 Quelle est ta pêche de prédilection?

  La pêche de la truite en rivière, sans aucune mesure. En fait, cette pêche est pour moi un tout, la nature, le poisson et la rivière. Il faut y goûter pour devenir à coup sûr passionné. C’est une recherche sans cesse de nature, une thérapie de soi !!!

9 Quelle est ta technique de prédilection ?

  La pêche aux appâts naturels, pour moi la plus belle des pêches et surtout celle qui se pratique par tout temps, de mars à septembre et sur tous les cours d’eau.

 

10 Quel est ton appât ou leurre favori ?

          Le vers de terreau, l’appât roi, je suis un inconditionnel !!

11 Lors de tes parties de pêches, pour le transport de tes appâts, qu’utilises-tu ? (sac à appât, boite plastique, boite en bois ou autre)  

      Le sac à appât, je déteste le plastique, d'ailleurs toutes ces boites de transports issus du pétrole, ne devraient pas existées pour moi. J'utilise aussi les boites en bois de Christian Boisse,  pour le transport des teignes et des portes bois.

12 Pratiques-tu une autre technique de pêche?

       Plus depuis une quinzaine d’année, j’ai eu pêché la truite aux vairons maniés, à la mouche (sèche) et à l’ultra léger (j’étais un inconditionnel de Daniel Taboury). J’ai aussi pêché le carnassier aux leurres et au bouchon avec un vif et dire que cette méthode de pêche veut être interdite par les écolos bobo (bref!!). J’ai laissé tout cela derrière moi, pour me consacrer qu’à la pêche aux appâts et depuis cette année, un peu de pêche à la cuillère en grande rivière, avec les conseils de Samuel (alias Trutta NRV !!)

13 Lors de tes sorties préfères tu pêcher seul ou à plusieurs ?

     Je suis avant tout un pêcheur de ruisseaux, bien que depuis quelques temps j’apprécie de plus en plus la pratique de la pêche dans des cours d’eau plus importants. En ruisseau, il est quand même préférable de pêcher seul. Je suis aussi un solitaire dans l’âme et pour moi l’acte de la pêche à la truite doit rester un acte solitaire, on pêche plus juste et sans doute mieux quand on est seul, mais je ne suis jamais seul, car mon chien et de partout avec moi (on forme le plus beau binôme du monde!!). Puis je pense que ce côté sauvage de ma personne, ne peut aller qu’avec le côté sauvage des ruisseaux, là où l’on ne peut voir la présence de l’homme. Mais attention, je ne suis pas non plus un ours habitant dans une grotte  et j’apprécie la compagnie de certains, avec qui j’ai des affinités. Puis je pense sincèrement que pour bien pratiquer à deux, il faut bien se connaître, respecter l’autre, le temps de pêche de chacun et la façon que l’autre a de concevoir la pêche. Mais pêcher à deux est pour moi enrichissant, on apprend toujours de l'autre même après des années de pêche. Il y a toujours un petit truc que l'autre peut nous donner et que l'on pourra après adapter à notre "sauce".

14 Quel est ta vision du pêcheur de truite ?

       Aujourd’hui le pêcheur de truite doit être responsable, de sa pêche et de ses actes, il doit être aussi engagé, pour les cours d’eau et pour tous ceux qui tournent autour. Le pêcheur des années 2020 doit être un écocitoyen. Le seul geste de la pratique de la pêche ne suffit plus pour moi, il doit y avoir un engagement systématique, pour notre avenir.  

15 Nous sommes à l’heure de la pêche en  nymphe au TOC, pratiques-tu cette technique dérivée de la pêche au TOC ?

   Très peu et je n’arrive pas à prendre le pli, pour moi cette technique doit venir en complément de la pêche aux appâts, car rien ne vaut cette dernière. Bon, il  faut dire que je suis un indécrottable pratiquant des appâts naturels, même un militant et donc j’ai du mal avec la petite bille, faite de plumes, pourtant je sais qu’elle est redoutable. Certains disent même qu’elle sera, l’avenir de notre pratique, à voir !!!

16 Montes-tu tes nymphes ou préfères tu les acheter ?

      J’en monte et j’en achète, mais je n’en possède pas non plus une flopée, j’ai une boite et cela me suffit.

17 Quel type de cours d’eau à ta préférence?

        J’ai commencé par le ruisseau, allez savoir pourquoi, peut-être pour le côté sauvage et solitaire de la pêche. Maintenant je serai plus rivière moyenne, mais je garde toujours mes ruisseaux et têtes de bassin sous le coude et parfois une envie folle me fait revenir vers eux.

18 Pourquoi cette préférence ?

      Mon idéal est le cours d’eau qui serait entre le ruisseau et la rivière moyenne, juste pour le côté Fun de pratiquer avec des petits fleurets. Après comme je le disais plus haut je suis un solitaire, qui fuit la civilisation donc tous les cours d’eau sauvages et déserts  restent ma tasse de thé.

19 S'il y avait une rivière, la rivière de ton coeur laquelle serait-elle ? (un nom et un profil)

     J’en connais quelques unes depuis que je pêche et j’espère en connaître beaucoup d’autres, mais pour moi cela serait l’Eysse, la plus belle rivière de l’Ardèche (affluent de l’Eyrieux). Une rivière qui me fascine et avec laquelle j’ai un fort attachement.

 

20 Le ou les départements où tu pêches ?

      Le 26, 07, 38 et parfois certains autres départements voient ma venue.

21 Pêches-tu plus en semaines où plus le  week-end ?

     Je travaille durant la semaine, donc je pêche plus le week-end, mais quand je peux avoir une «RTT » je pêche avec plaisir durant la semaine, quand les autres travaillent. Et rien que le fait de penser que toi tu vas pêcher dans les montagnes et que les autres vont au boulot, cela reste assez jouissif !!!

22 Ta préférence va plus à une pêche matinale, où une pêche d’après-midi?

       Aller, je vais couper la poire en deux, j'aime beaucoup pêcher à la mi-journée (10h/16h), quand la fièvre de l'ouverture est passée. Par contre, quand je n'ai pas d'autres choix et en début de saison je pêche beaucoup le matin, à l'aurore. En fait, j'adapte ma pratique de la pêche à la saison et surtout à la fréquentation des autres sur les cours d'eau que je pratique (il faut bien connaître la fréquentation des lieux de pêche). Après je ne suis pas un grand partisan des coups du soir, même si on y fait de belles pêches, la venue de la nuit sur les rives d'un cours d'eau, m'angoisse énormément.

23 Durant la saison de pêche, quel mois à ta préférence et pourquoi ?

     J’aime beaucoup, les mois d’avril et de mai, quand le printemps prend ses belles couleurs, que la rivière s’éveille et qu’il y a encore un bon débit. Après le givre, quand avec un rayon de soleil, la nature se réveille, les truites aussi ce n’est que du bonheur !!

24 Tant que le plaisir de prendre du poisson est là tout va, ou recherches-tu en priorité la prise des gros poissons ?

      Franchement et entre nous cela ne me fait pas « bander », je ne dis pas que la prise d’un gros poisson ne me ferai pas plaisir, mais pour moi la pratique de la pêche ne s’arrête pas à la grandeur du poisson, une truite de 18 cm à la belle robe prise dans un ruisseau des montagnes de la Drôme vaut beaucoup plus qu’un poisson de 80 cm. Mais après, je comprends le plaisir que peuvent avoir les pratiquants des grandes rivières. C’est une autre pêche, un autre monde !!

25 Quel matériel utilises-tu pour la technique que tu pratiques?

         Ou là, la liste va être longue :

 

Pour les ruisseaux j’ai deux cannes téléréglables une Garbolino trout hunter de 4,70 avec un moulinet semi-automatique et la Sempé Rs torrent avec là aussi un moulinet semi-automatique.

Pour les rivières voilà avec quoi je pêche :

Garbolino Extrem 3,20 avec un moulinet Garbolino DTR 65g.

Sempé RS nymph, 3,60m avec là aussi un moulinet Garbolino DTR.

L’Hexagone de chez Toc passion en 3,70m avec un moulinet semi-automatique (vivarelli bobine Luckybur).

Sempé Rs nymph en 3,90m avec un moulinet Loxus de chez Delacoste.

Sempé River en quatre brins de 3,90m avec soit un moulinet DTR 65 g ou un moulinet luxor des années 50.

 

J’ai aussi depuis cette année, la Riverway de chez Décathlon en 4,20 avec là aussi un moulinet luxor des années 50.

Je possède aussi l’elfix de chez Delacoste en 3,45m, canne qui reste dans son étui, une saison sur deux.

 

Depuis cette année et comme je me suis remis à la pêche à la cuillère j’ai acheté la canne wixon 9 de chez Décathlon avec un moulinet Jaguar, acheté chez les Chinois (mon pouvoir d’achat avant tout !!).

La liste n’est pas fixée, car je lorgne aussi sur une canne FI, dont je n’ai aucun modèle pour le moment, mais une canne en 3,60m pourrait rejoindre le placard à canne, afin d’avoir autre chose, d’avoir un autre ressenti.

26 Fil & bas de ligne quel marque utilises-Tu ?

      Pour le fil, j’utilise du Sempé plus, le color line de chez Pezon&Michel, le Maxima fibre Gloss et l’aqualine  trout tech dans la plupart des cas en 14 centièmes, mais je pêche aussi en 16 centièmes. Pour le bas de ligne et grâce aux conseils de Michel Galinier, j’utilise le plus souvent le fil Milo kreepton et aussi le Platil strong, voir le Sempé pour bas de ligne, tous cela en générale en 12 centièmes, voir en 14 si j’utilise un corps de ligne en 16 centièmes.

 

27 Pour ton bas de ligne quel type de fil utilise-tu (nylon classique, fluoro) et pourquoi ?

     Je suis un vieux de la vieille, donc pour moi  c’est un nylon classique.  

 28 Peux-tu décrire aux lecteurs la composition de ta ligne de basse suivant les saisons (fil, plombs, hameçons etc..) ?

        Cette dernière va être en constante évolution suivant le niveau de l’eau et le secteur pêcher, mais en gros j’utilise pour le fil, le Milo kreepton en 12 centièmes, ma plombée sera toujours dégressive et composée de plombs du numéro trois au numéro sept et pour les hameçons en début de saison je vais utiliser un numéro huit, puis ensuite descendre à un numéro 10, voir un douze, tige longue pour le vers et tige courte pour les autres appâts. Que du basique en somme. Je suis comme les autres et puis pourquoi changé quand cela fonctionne bien.

29 Epuisette ou non lors de tes parties de pêche ?

    En rivière oui, en ruisseau je n’en vois pas l’utilité, c’est d’ailleurs pour moi, plus une gêne qu’autre chose. Par contre, mon épuisette est obligatoirement avec une maille en caoutchouc.

30 Pratiques-tu la pêche avec hameçons sans ardillons ?

      Oui et non, en grande rivière je dirais oui, car cela ne va pas se ressentir sur le combat du poisson, sur des rivières aux profils plus variés et diverses, je trouve que cela est plus difficile. Je trouve aussi, que suivant la température de l'eau, avec des poissons « à la petite bouche » on en loupe beaucoup et que pêcher avec des hameçons à micro-ardillons comme l'on trouve aujourd'hui de partout, n'abîme pas plus le poisson, en fait c'est la pratique du pêcheur et son matériel qui sont sans doute plus préjudiciables que le simple fait d'utiliser ou non un hameçon sans ardillon.

31 Ton regard sur le sujet ?

      Comme je le disais à la question précédente, c'est la façon de pêche du pêcheur qui reste préjudiciable aux poissons, mais si un jour la pêche avec hameçon sans ardillon deviendrait obligatoire de partout, je n'aurais aucun problème (bien au contraire) de pêche comme cela. De plus, cela me ferait changer à quelque part, ma façon de ferrer et de tenir le poisson lors du combat (je retournerais à l'école en gros !!!).

32 Cuissardes ou waders ?

      Les cuissardes, j'en ai eu pendant des années à l'époque tous les pêcheurs ne pratiquaient qu'avec cela, mais depuis des années j'ai goûté aux waders et cela même en petit cours d'eau et je ne pourrais revenir aux cuissardes, le waders à un confort de pêche inégalé.

33 Quel budget par saison consacres-tu à la pêche?

   Pour moi sans doute pas assez, car je suis un compulsif de l’achat pêche et ma passion est débordante et même parfois trop sans doute. Pour ma femme beaucoup trop, mais j’arrive à trouver des compromis, je lui fais des cadeaux !!

34 Es-tu de ceux qui pensent, qu’il faut mettre beaucoup d’argent dans le matériel de pêche, pour bien pêcher ?

     Bien sûr que non, un simple bambou avec un bout de fil et on peut prendre du poisson, après avec les années de pêche et la passion, on aime pour son confort pêcher avec du bon "matos", mais ce dernier ne fera pas plus prendre du poisson. Par contre, ta façon de pêcher changera, ton ressenti sera amélioré, la perception de la touche aussi et ainsi le ferrage, etc…

35 Une canne et moulinet que tu voudrais posséder ?

     Sans doute une PS Dark, ou alors une canne à fil intérieur d’un grand facteur de canne, afin d’avoir autre chose. Je me verrais bien avec une trois brins de 3,70m de Monsieur Christian Eychenne.

 

36 Sempé, Delacoste, Daiwa, Garbolino, Hearty Rise, Pezon & Michel, Mitchell, Native et autre où va ta préférence ?

       Sans aucune hésitation la maison Sempé, pour les cannes et le SAV (important).  Mais il y a des sirènes que je ne  pourrais tenir éloigné trop longtemps je pense.

 

37 Fil intérieur où anglaise ?

      Plus canne anglaise, je ne possède pas de canne fil intérieur, donc pour l’instant je ne peux me faire mon propre jugement.

38 Es-tu le possesseur d’une canne artisanale ?

      Oui une canne de belle facture de chez Toc passion, une hexagone en 3,70m que j’ai eu pour mes 50 ans. Une canne exceptionnelle, un modèle unique conçu pour moi. Il faut vivre l’aventure « toc Passion » et avoir la chance de parler avec Christophe Pacalet,  un truc hors norme !!

39 Un souvenir de pêche en quelques mots ?

      Un séjour chez mon ami Alphonse, en Garonne ou après une partie de pêche il a eu la belle idée de me faire connaître le grand Jean Lamoure. Quelques heures plus tard j’étais assis en face de ce grand monsieur à prendre l’apéro avec lui dans sa salle à manger, moi dans mes petits souliers et lui à parler avec son accent du sud-ouest (j’ai encore l’intonation de sa voix dans mes oreilles) un grand moment, avec un grand monsieur, qui me restera à jamais gravé. Et un Alphonse coquin qui lui avait dit que j’étais venu spécialement de la Drôme pour lui et que j’avais lu tous ces livres !!! Quelques années plus tard j’ai eu le plaisir de rencontrer une nouvelle foi Jean, avec cerise sur le gâteau Jean Sempé (frère de Pierre), un grand moment et je dois remercier Alphonse pour tout cela.

40 Un livre sur la pêche qui serait ton livre de chevet ?

        La truite vagabonde de Fernand Dupuy, en premier, puis les trois tomes de « ma vie de pêcheur » d’Alphonse Arias.

 

41 Un pêcheur vivant où disparu avec qui tu aurais aimé partager un moment de pêche ?

       Marc Delacoste, ce mec me fascine, j’ai eu le plaisir de le rencontrer au salon de Clermont, mais c’est un rêve de pouvoir partager quelques heures de pêche avec lui dans les Pyrénées. Je sais que nous avons des amis en commun donc on ne sait jamais !!

 

42 La pêche est pour toi une passion où un simple loisir ?

       C’est ma vie…..

 

43 La personne qui partage ta vie (il ou elle) elle en pense quoi de ta passion pour la pêche ?

        Réponse de mon épouse Sandrine:

"Ah la pêche !! Elle prend beaucoup de place même en période de fermeture ! Elle est presque envahissante même si c’est une passion qui reste de par sa pratique  un art, une richesse, un savoir exceptionnel !

Cette passion est devenue dévorante au fil des années ,incontrôlable presque…Elle est présente à chaque instant  de la journée il n’y a pas une minute où elle ne décide de s’éclipser….Je crois que même dans le sommeil profond de mon héros cette passion guette le moindre sursaut ,la moindre faille où elle peut se faufiler au cœur de ses rêves…Et puis il y a le blog, les réseaux sociaux, les articles, les copains, Nayko qui suit son maître comme si les truites étaient ses amies, mais qu’importe c’est une PASSION MAGNIFIQUE riche de tout ce qu’elle apporte et de ce qu’elle pourra apporter encore tant qu’elle fera briller des étoiles dans les yeux de mon pêcheur..."

 44 Si tu devais pêcher dans un pays étranger où irais-tu et pourquoi ?

      La Mongolie pour le Taïmen, même si je ne devais pêcher qu’aux leurres.

45 As-tu déjà eu l’occasion d’employer les services d’un guide de pêche ?

         Non

 

46 Si non comptes-tu le faire un jour ?

     Pourquoi pas si j’en ai l’occasion, cela serait je pense instructif et je sais même où irait mon choix.

47 Es-tu engagé dans le monde associatif de la pêche ?

        Oui depuis quelques années, mon seul regret c'est de ne pas avoir fait le pas avant. C'est ce que je me suis dit au bout de quelques mois de bénévolat au sein de mon AAPPMA (La préservatrice de la Gervanne). Je suis aujourd'hui vice-secrétaire, un titre honorifique, mais cela m'a permis de découvrir énormément de choses et d'enrichir mon savoir sur la vie de la truite, de la rivière et du monde associatif de la pêche.

 

48 Si demain tu devais mettre un terme à la pêche, que ferais-tu à la place ?

        Question suivante !!!!

 

49 Si tu ne pêchais pas, quel serait ton loisir ?

      Le modélisme, j’étais passionné de modèle réduit de voiture de rallye.

50 No-kill où prélèvement raisonné ?

       Prélèvement raisonné et de plus en plus chaque année. Il y a des années que par principe (peut-être un peu con !!), je ne garde pas le premier poisson maillé de l'ouverture, que je les garde toujours bien au-dessus de la taille légale de capture (en Drôme c'est 23 cm), que je n'en garde maximum que deux par session et que début juillet je ne prélève plus. Lors de la dernière saison je n'ai gardé que deux poissons sur l'assemble de ce que j'ai pu prendre. Je vais sans doute choquer quelques pêcheurs, mais comme le disait Simon Scodavolpe, dans un article qu'il avait écrit dans la revue « Salmo », il y a quelques années, je garde des truites pour les manger le soir venu, je sais où je les garde et je ne veux manger que du bon. C'est un peu comme le mec qui achète sa viande en grande surface, ou chez le boucher du village (il n'y a pas photo sur la qualité). Je suis plus pour la qualité gustative de la truite, car une truite quoi que l'on en dise c'est bon et je ne mange pas de la « merde » donc très peu pour moi les truites  "AEC" et autres bassines, là oui je ferais du no-kill !!! Pour terminer sur ce sujet, j'ai de plus en plus de mal sans doute avec les années de pêche, » à casser de la truite », je préfère de loin la vision de cette dernière repartant dans son élément après avoir lutté avec moi.

51 Ton regard sur le sujet ?

       C'est le sujet de la discorde, celui sans doute ou il faut prendre des pincettes avec tout le monde. On sait tous que ce dernier ne sauvera pas les rivières de France et même les plus sceptiques (il faut arrêter de faire l'autruche). Comme on sait que ce n'est pas les pêcheurs préleveurs qui sont la cause du fait de la diminution du nombre de poissons dans une rivière (L'HOMME étant le facteur déclencheur (industrialisation, pollution, urbanisation, agriculture intensive, etc..). On sait aussi qu'il ne donnera (le secteur no-kill exemple) pas plus de poissons à la rivière sachant que cette dernière ne pourra contenir qu'un certain nombre de poisson. Il y aura des poissons plus gros, mais pas plus en nombre. Après, d'un point de vue de la gestion, je pense que la pratique du no-kill sur certaines portions d'une rivière, peuvent apporter un supplément en terme de nombre, en aval et en amont de la rivière, mais ce n'est que mon avis. Je pense aussi sincèrement, dans la mesure du possible et dans le total respect des règles qu'il faut laisser le libre choix aux pêcheurs et il n'y a pas à traiter de « paria » celui qui se fait plaisir en gardant une paire de poisson. Et au vu des propos de certains, devant de tels actes, bientôt ces pêcheurs préleveurs finiront en prison, quant à celui qui ne prélève pas il finira décoré de médailles !!! Il y a pour moi, plus grave pour nos rivières que ce sujet de discordes entre les pêcheurs.

52 Pour toi est ce que tous les parcours no-kill en France déjà existant et ceux futures  devraient être ouverts à tous les modes de pêche (en respectant bien entendu certaines règles) ?

      Oui et mille fois OUI. Je ne comprends pas comment peut-on faire des clivages entre les pêcheurs. Il n’y a aucune harmonie dans le monde de la pêche et encore moins dans le secteur de la truite. Alors, pourquoi créer des avantages pour certains et pas pour d’autres. Donc, je suis pour une meilleure équité et donc l’ouverture des no-kill à toutes les techniques. En respectant les règles de ses « dit parcours », bien entendu.

53 Quel est ton regard sur la gestion de la pêche en France ?

       Je pense qu'il y a des choses à changer, à faire évoluer. Je pense que le mode d'une taille unique pour la truite Fario dans un département, n'est plus adéquat, il faudrait avoir un quota et une maille adaptée à chaque cours d'eau, voir à chaque portion d'une rivière. Pourquoi aussi ne pas tester la double maille. Il faudrait aussi que la gestion patrimoniale soit sur tous les cours d'eau où il est possible de la réaliser. Fini l'alevinage intensif et la mise de truites portions, pour faire vendre des cartes de pêche. Même si avec le réchauffement climatique, il va y avoir sans doute un bon nombre de cours d'eau qui vont vraiment subir des catastrophes et où il faudra avoir l'intervention de l'homme pour avoir du poisson, je pense que pour le reste, l'homme n'aurait plus besoin d'intervenir. Il faut laisser faire la nature un maximum et je pense que si nous ne lui mettons pas « de bâtons dans les roues » (pollution exemple), elle arrive parfaitement à se débrouiller toute seule, donc laissons la faire. Nous sommes au 21 ème siècle, il est temps de dépoussiérer la gestion de la pêche et de faire évoluer les choses qui fonctionnent bien, voilà mon avis.

 54 Ton avis sur le monde associatif qui gère la pêche dans l’hexagone ?

       L'argent gouverne le monde et ce fait est aussi vrai dans le monde de la pêche. Les Fédérations de pêche sont aujourd'hui, des entreprises qui fonctionnent avec l'argent des pêcheurs, mais aussi avec des subventions. Le nerf de la guerre est le pognon et souvent il fait pencher la balance du côté où il ne faudrait pas et ainsi des décisions sont prises au détriment, de la nature et des poissons. Cela fait maintenant quelques années que j'ai découvert un monde que je ne connaissais pas, un univers que chaque pêcheur devrait connaître. D'ailleurs cela serait une bonne chose qu'à la prise de la carte de pêche, ce dernier est l'obligation de devenir un pêcheur citoyen avec obligation de donner quelques heures à son "AAPPMA" et aux divers travaux qu'elle pourrait exécuter. Cela permettrait à certains de se rendre compte du travail que peut réaliser, une société de pêche et une fédération, au lieu de tout critiquer. Maintenant pour ceux qui critiquent les vieux bedonnant à la tête des fédérations de pêche, il faut bien savoir aussi que pour vraiment s'engager il faut avoir du temps et avoir "un job" qui peut se concilier avec l'engagement que le pêcheur peut avoir dans les structures halieutiques. Il faut bien se dire aussi que, malgré tout ce que peuvent en penser les pêcheurs, les bénévoles des AAPPMA et des FD sont là pour eux. Tous ne sont pas compétent, je vous l'accorde, il y a du très bon et du très mauvais, mais croyez-moi, pour y être, la tâche de tous ces bénévoles, reste souvent ardue et complexe, c'est un combat au quotidien. Un combat qui n'a sans doute qu'un seul but, vous satisfaire. Je vais vous paraitre utopique, mais j'aimerais que les structures de la pêche en France possèdent plus de pouvoir décisionnaire, fini les prises de pouvoir des structures administratives (DDT, préfet), la pêche doit être gérée par les pêcheurs, point final. Il y a de très bons techniciens et diverses structures parfois privées qui sont là, afin d'aider au maximum les AAPPMA et les FD, pourquoi ne pas faire encore plus, avec ces gens compétent.

55  Que penses-tu de l’entente halieutique qui permet aux pêcheurs de pêcher presque de partout en France ?

 Je suis 100% d'accord, avec ce concept, mais hélas il y a encore trop d'AAPPMA privées et de fédérations de pêche qui n'y participent pas. On ne va pas tirer à boulet rouge, sur ces dernières, mais encore une fois si elles n'ont pas franchie le pas, c'est avant tout une histoire de pognon et le fait de ne pas voir arriver en nombre, les pêcheurs d'autres départements, c'est d'ailleurs ce qui c'était passé pour le département de la Lozère qui entre nous, a été un des départements fondateurs du CH (club halieutique). J'ai énormément du mal avec le mot « Privé » et je ne conçois pas que le pêcheur soit pris pour une vache à lait. Pour moi le problème de ces pêches privées de ces AAPPMA  où il faut encore payer pour pouvoir y pêcher, de ces "FD" où il faut prendre encore une carte, c'est un peu le même principe que les parcours spécifiques, on divise les pêcheurs, tu as du pognon tu pêches, tu en as moins, "ben" tu restes chez toi !!!!!

 

56 Serrais-tu favorable à une future carte de pêche nationale ?

        Oui, mais je ne pense pas voir le truc arrivé un jour.

57 Comment vois-tu la pêche dans l’avenir ?

       Il y en a certain, qui je pense vont rire, en lisant ce qui va suivre. Le Covid 19 nous a fait changer certaines choses de notre vie, en fait on nous a fait changer, qui dit qu'il n'y aura pas d'autres pandémies et qu'ainsi notre façon de vivre ne va pas changer encore et encore. La technologie avance aussi à grand pas et je ne suis pas vraiment certain, que les générations futures soient bien proches de la nature, je les vois plus être dans le virtuel, à vivre en presque autarcie. Est-ce que le changement climatique ne va pas aussi accentuer les choses ? J'aimerais me tromper, mais j'ai bien peur qu'un bon nombre de cours d'eau disparaisses dans l'avenir, la pêche changera inévitablement, elle sera aussi bouleversée par des paramètres importants (industrialisation, pollution, etc.., encore et encore). Dans le plus sombre des tableaux, la pêche comme nous la pratiquons ne se vivra plus qu'au travers, un monde virtuel. Monde copiait sur ce que les générations passées ont vécus.

58  Au vu des conditions climatiques de plus en plus compliquées, au vu du réchauffement climatique impactant les cours d'eau, quel est ton regard de pêcheur et amoureux de la nature ?

        Je pense que nous pourrons encore pratiquer un peu notre passion, enfin je le souhaite de tout cœur, mais nous allons sans doute assister à la disparition de certains cours d'eau qui vivront la moitié de l'année. Des cours d'eau vide de vie ou les poissons sauvages auront complètement disparus. Certains départements seront sans doute plus impactés que d'autres, de cela va découler, le changement du monde de la pêche. Le pêcheur de truite sera le premier impacté. Personnellement, si demain, je devais pêcher des cours d'eau artificiels et des truites portions j'arrêterais la pêche. Nous avons sans doute mangés notre "pain blanc », les années qui vont suivre risque d'être sombre et compliqué pour les cours d'eau et pour tous les amoureux de la nature et des truites. Je ne sais pas comment nous devons agir devant l'indifférence totale du genre Humain. La sonnette d'alarme est tirée, ce monde de fous, ne se rendra pas compte de sa fin que lorsqu'il n'y aura plus de vie dans le robinet, car l'eau reste la vie et elle est indispensable à notre monde, à la nature, à la faune, à la flore et à l'humain. Sans elle il n'y aura plus rien sur terre !!

                                                                              ...........

 Ne voyez pas dans cette interview, une quelconque mise en avant, de ma personne, je ne suis absolument pas comme cela, je ne fais pas non plus, du nombrilisme et je ne suis pas imbu de ma personne. Cette interview reste juste, un clin d'oeil pour les dix ans de mon blog. Pour ce qui n'ont pas la chance de me connaître (je rigole bien entendu), je voulais me présenter à eux. Voilà l'homme a, son caractère, sans doute un peu "bourrue", et solitaire à souhait. J'aime lire les interviews sans filtre des autres, vous avez donc lu la mienne sans fioriture, en toute simplicité, avec mes pensées et mes certitudes de pêcheurs qui m'accompagnent depuis des années et qui évoluent (heureusement) au fil des ans et des rencontres. Merci à vous tous d'avoir pris quelques minutes afin de découvrir un simple pêcheur de truites, amoureux des rivières et des montagnes. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Olive 04/01/2021 21:21

Une belle interview sincère de ta part. Ce fut un plaisir de la lire comme ce fut un plaisir de partager une journée de pêche avec toi. Je te souhaite une belle et heureuse année 2021. Olivier.

truitepassion.fr 05/01/2021 21:21

Ok, tu me tiens au courant alors, bye

Olive 05/01/2021 21:18

Ce sera avec plaisir ????????

truitepassion.fr 05/01/2021 21:07

Salut Olivier, à mon tour je te souhaite une très belle année 2021, en espérant te voir en Drôme en 2021, pour pourquoi pas une sortie pêche ensemble. Merci à toi pour ces quelques mots, au plaisir.
Serge

Lamy rene 04/01/2021 09:54

Le rideau s'est levé ,et le maitre apparu ...amusant cette inversion de l'interview....j'ai d'abord rêvé devant l'étalage de tout ton matos .Celui de Michel Galinier m'avait ému .mais la ...j'apprécie le fond et la puissance de ton engagement ,de tes fortes réflexions et orientations halieutiques ...toi qui encore l'âge des révolutions culturelles ,voire sociétales n'hésitez pas si nécessaire de ´´renverser ´´´. La table , sinon notre passion se limitera à sortir des arcs de bassines ,de trous ,réservoirs et autres vestiges de nos rivières ...bel avenir. mes amis ...Mercî cher Serge .continue ce chemin .rené .

truitepassion.fr 04/01/2021 20:39

Salut René,

ton commentaire est à ton image et j'apprécie tout particulièrement tes propos. L'idée m'est venue un matin, je me suis dit pourquoi pas moi cela permettrait à ceux qui me lisent d'en savoir un peu plus sur ma personne et puis mon ami Jean a largement contribué à cette parution, en me disant " il faudrait, qu'un jour tu fasses ton interview" et voilà l'affaire est faite, en toute simplicité bien entendu. Pour le matos, effectivement j'en possède pas mal, encore deux et je vais m'arrêter là pour des années, je le pense, ce n'est pas la peine d'avoir plein de cannes dans son placard et ne pas s'en servir, mais je possède de quoi ne pas être pris au dépourvu. Porte toi bien René et à très vite