Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ouverture

Pages

Catégories

Publié par truitepassion.fr

J'aurais pu mettre pour titre « la pêche au toc pour les nuls », mais je trouvais cela quelque peu péjoratif et cela ne faisait pas vendeur. On a tous eu des débuts plus ou moins difficiles au bord de l'eau et ceux qui débutent aujourd'hui ne sont sans doute, pas plus mauvais que leurs aïeuls. Nous ne sommes pas placés à la même enseigne, au point de vue d'assimiler plus ou moins vite les choses, mais avec un peu de passion et un brin de jugeote, on arrive à la fin à se faire plaisir au bord de l'eau et finalement il n'y a que cela qui compte !!

D'ailleurs je me suis toujours demandé qu'elle était la réel définition du « BON pêcheur » ? Bref, c'est un autre sujet...

Si aujourd'hui, je suis devant mon clavier, c'est pour essayer de donner quelques conseils pratiques, aux jeunes qui débutent à la pêche aux appâts naturels (il y en a encore !!) et surtout à ceux qui débutent tout court (première expérience de la pêche). Il faut bien commencer un jour, si on veut vivre de grands moments au bord de l'eau et ainsi devenir un véritable pêcheur de truites !! Attention, je ne me prends pas pour un «cador», je ne suis pas un Arias, un Sempé et autres noms qui ont écrit les lettres de noblesses de cette technique, mais trente ans de pêche à la truite, ont laissé derrière moi des acquis et bien des réponses aux questions, même si dans une perpétuelle pensée sur la pêche, je me pose encore des questions et je m'octroie certaines réflexions dans ce sens.

Parfois un jeune débutant me contacte et c'est toujours avec grand plaisir que j'essaie du mieux que je peux, de lui apporter mon aide, mais je me suis très vite rendu compte, que lui expliquer comment pêcher au toc était sans doute la chose la plus difficile au monde.

Avec des années d'expérience, nous savons tous, une fois au bord de l'eau et suivant la saison, suivant le niveau du cours d'eau où les truites sont et dans quelle veines d'eau faire évoluer notre appât afin de leurrer la belle, oui mais comment l'expliquer !!

Je vais tenter dans ses lignes d'expliquer par des clichés, des croquis, enfin du mieux que je peux, cette pêche au toc qui me fascine tant !!

Bien débuter au toc (premier volet)

                                                                          Le commencement

Je ne sais plus quelle idée saugrenu, m'a poussé vers la pêche il y a maintenant trente ans, mais il faut bien le dire je suis tombé en plein dedans, un peu comme Obélix dans la potion magique. J'allais découvrir un monde que je ne connaissais pas, une technique qui va me faire pêcher partout et de tout temps et surtout un poisson qui va hanter mes nuits jusqu'à l'insomnie.

Il n'y avait pas alors d'internet, de "tuto" sur Youtube, de site consacré à la pêche, etc.. 

J'ai dû dans un premier temps prendre conseil auprès de mon détaillant d'article de pêche, m'équiper chez lui pour débuter et surtout emmagasiner tout ce que je pouvais trouver sur la truite, ses mœurs et ses pratiques. Une fois bien équiper, je suis allé au bord de l'eau, avec "mon matos" tout neuf et ma pêche hasardeuse, puis est venue le temps des kilomètres en voiture sur les routes de l'Ardèche, de la haute Loire, de la Lozère et de la Drôme, histoire de connaître la vie des truites.

J'ai très vite trouvé la vie des ruisseaux passionnante et ces derniers ont été une véritable école de la vie pour moi.

De mes débuts de pêcheur, avec ce matériel assez rudimentaire, mais qui a su me donner le plaisir de prendre mes premiers poissons, je ne garde aujourd'hui, que les souvenirs de tous ces endroits et surtout l'expérience des années. Avec l'âge et l'expérience ma pêche a évolué au fil des nouveautés et des innovations et aujourd'hui, je peux prétendre pêcher avec du très bon "matos" du haut de gamme qui contribue à mon plus grand plaisir au bord de l'eau. Et je vous souhaite, de suivre mon chemin...

L'endroit idéal pour débuter.

L'endroit idéal pour débuter.

                                           Débuter

Même si je sais que je vais faire « hurler « certains pêcheurs, je conseillerais aux jeunes qui veulent débuter à la pêche aux appâts naturels, de commencer par la pêche en ruisseau et petit cours d'eau.

Je m'explique : « pourquoi commencer en petit cours d'eau, car le débutant aura plus de facilité à lire les postes, à trouver les truites plus facilement, que dans un milieu plus vaste ». Imaginez-vous un seul instant, que vous n'avez jamais pêché, que vous ne trouvez personne qui pratique la pêche de la truite autour de vous pour vous conseiller, «ben» une fois équipé et au bord de l'eau, vous allez être complètement perdu à ne plus savoir quoi faire.

La chance sourie au débutant je suis d'accord, mais à moins d'avoir une belle par de chance, il va vous falloir beaucoup de temps afin de comprendre les principaux mécanismes de la pêche aux appâts.

Même s'il ne suffit pas de tremper sa ligne pour prendre un poisson en petit cours d'eau, les postes sont plus marqués et la lecture du cours d'eau va être bien plus aisée, même s'il faudra faire très attention à la végétation des rives, problème à ne pas négliger quand on pratique en petit cours d'eau. Une fois que le débutant aura assimilé les bases de la technique, qu'il aura assimilé la gestuelle du lancer et aura une bonne lecture des postes et surtout fait ses armes sur des truites très farouches, il pourra passer à la pratique de la pêche sur des cours d'eau bien plus grands et ainsi fera évoluer sa technique et son matériel.

La pêche en ruisseau et petit cours d'eau reste pour moi une école, là où certainement la pêche au toc a eu ses premiers frissons, bien avant que ceux des Pyrénées, écrivent les pages de ces heures de gloire.

Petit cours d'eau typique de la Drôme

Petit cours d'eau typique de la Drôme

                                             Le matériel

Rien ne sert, d'avoir du matériel très cher pour débuter, comme certains peuvent le prétendre dans les conversations des pêcheurs. Il va vous falloir des choses corrects, des choses qui tiennent la route, sans non plus y mettre des fortunes. Même s'il peut y avoir un enthousiasme concret au début, qui vous dit qu'après quelques mois, vous aurez « choper » le virus, car pour devenir un passionné de cette pêche, il faut choper la fièvre de la plombée et du vers de terreau, afin de devenir « un bon « pêcheur aux appâts.

Et puis débuter en petit cours d'eau, c'est devenir un pêcheur baroudeur, aimant crapahuter dans les bois non loin des sommets, un pêcheur très proche de la nature, sans doute bien plus que les autres.

Pour la canne, je vous conseillerai la téléréglable entre 4m et 4,50m de faible encombrement, cela à son importance et surtout avec des anneaux le plus décollés du blank de la canne (option hyper importante, sinon galère en prime à la moindre humidité). À ne pas négliger aussi le nombre d'anneaux, bien qu'il soit sensiblement le même chez pas mal de marque, mais je dirais que ce manque est pallié par les anneaux assez décollés et puis il faut bien savoir que ce type de cannes n'est pas fait pour faire des dérives lointaines. Si toutefois vous avez dans l'idée de disposer le moulinet à votre convenance, je vous conseillerais la poignée «liège » et le porte-moulinet de type bague. Toutes ses cannes restent sensiblement avec la même action, une action de pointe seule le poids va varier, je vous laisse seul maître quant au choix de la marque. C'est pour moi le type de canne idéal pour le petit cours d'eau et pour débuter, cela passe de partout et va vous donner à loisir de pratiquer dans toutes les situations rencontrées et sur tous types de poste. Les brins réglables, vont vous permettre de pêcher plus ou moins long suivant le poste rencontré et la physionomie du cours d'eau.

Pour le moulinet, autant vous dire de suite, que l'ensemble moulinet spinning, plus canne téléréglable est une chose à bannir de votre conception de pêcheur de truites en petit cours d'eau. Pour cette pêche et pour débuter le moulinet reste une simple réserve de fil, donc il vous faudra un moulinet à tambour tournant. Inutile donc d'y mettre un prix fou !!  Inutile aussi que ce dernier possède un frein digne d'intérêt ce n'est pas ce que l'on va lui demander en priorité. Il va quand même falloir du fonctionnel et du solide, dans la gamme des moulinets à tambour tournant. La marque Perless Bam est sans doute l'incontournable avec ces moulinets Ritma 72 et Protect 61. Mais vous pourrez trouver aussi chez Garbolino de quoi bien faire avec les modèles MTR , Graphite TR 75. Petit conseil de pêcheur, garnissez le fond de votre moulinet de 100m de fil bas de gamme en 16 centièmes (exemple) avant de mettre votre corps de ligne avec lequel vous allez pratiquer.

Pour le fil, je vous conseille d'y mettre un peu le prix, car ce dernier à une grande importance. En effet il va être le contact direct avec le poisson lors de la touche et du combat, autant avoir une bonne assurance dans ce dernier. Il va falloir aussi qu'il possède une bonne tenue, qu'il ne vrille pas, car attention alors la galère de la ligne prise dans les pignons du moulinet, voir une casse net de ce dernier sur une belle truite (elles ne sont pas rares en petit cours d'eau). Je vous conseille de débuter avec le « color line» de la marque Pezon&Michel, fil "fluo" incontournable du pêcheur de truite au toc. Pour le diamètre, je vous conseille un 16 centièmes, histoire de faire vos premières parties de pêche. Avec un peu d'expérience, vous pourrez alors descendre sur un 14 centièmes, qui reste la norme chez beaucoup de pêcheurs de truites en moyen et petit cours d'eau. Pour la couleur, cela va dépendre de votre vue, chacun ayant un panel de couleurs plus visibles que d'autres, attention toute foi de bien choisir une couleur visible à contre-jour cela reste primordial. Vous allez parfois pêcher le soleil en face de vous, il va vous falloir une couleur des plus visibles.

Le guide fil, n'est pas une obligation dans la confection de la ligne, mais il contribue à visualiser certaine touche avant que l'on ne les ressente, dans les doigts. Si vous avez une très bonne vue, vous pouvez très bien ne peut mettre la petite bille sur votre ligne. Maintenant si après l'avoir essayé vous la trouver indispensable à votre pêche, il faudra la prendre la plus petite possible. Quant à la forme, ovale, ronde, en autobloquant, voir rond à bâtonnet cela va dépendre de vous. Vous allez au fil de votre pratique, être parfois amené à pêcher des endroits très encombrés, où il faut pratiquer sous la canne, avec très peu de bannière, vous constaterez alors que le guide fil est très handicapant et qu'il vaut mieux alors faire sans. 

Le bas de ligne ou « BDL », pour vos débuts je vous conseille plus de prendre des hameçons montés avec le fil, bien plus pratique. De mon temps, ils étaient finis par une boucle et on pouvait les accrocher à la ligne en faisant « boucle dans boucle ». Vous aurez à apprendre le nœud baril pour relier le corps de votre ligne à votre bas de ligne. Une fois que vous aurez assimilés le montage, il va falloir garder à l'esprit et cela à vie, quand petit cours d'eau il n'y a pas besoin de mettre d'émerillon pour faire la jointure entre le corps et le bas de ligne. Et surtout et cela reste une autre norme que le bas de ligne reste toujours inférieur au corps de ligne (ex : corps de ligne en 16 centièmes, bas de ligne en 14 centièmes). Du côté des marques Sempé en propose, Garbolino aussi et bien d'autres. Il vous faudra trouver alors le bon diamètre de fil avec les bons numéros d'hameçons.

Pour confectionner la plombée, qui reste l'élément primordial de cette technique de pêche, il va vous falloir des plombs, rien de plus logiques !! Une boite distributrice avec des plombs du numéro 2 au numéro 8, fera très bien l'affaire. Pour le début il ne faudra pas chercher l'exceptionnel, le tout étant dans un premier temps de pouvoir confectionner la plombée et que ces derniers tiennent bien, sur la ligne.

Pour les hameçons, il faudra garder cette norme à l'esprit comme je le disais plus haut à savoir une ligne de bas de ligne inférieure de deux à votre corps de ligne. Toute foi si vous ne trouvez pas, vous pourrez très bien vous retourner sur des montages avec le même diamètre que votre corps de ligne. Il vous faudra donc trouver des hameçons du numéro 8 au numéro 12 qui vous permettront de palier à tous les appâts. Hameçon tige longue pour le vers et tige courte pour les autres appâts. Je vous conseille très vite d'apprendre par coeur le noeud de montage d'un hameçon simple.

Canne téléréglable

Canne téléréglable

Moulinet ritma 72

Moulinet ritma 72

Fil color line

Fil color line

Guide filGuide fil

Guide fil

Hameçons montées tige longue pour le vers.

Hameçons montées tige longue pour le vers.

Boite distributrice pour les plombs

Boite distributrice pour les plombs

croquis de noeud baril

croquis de noeud baril

                                            Le petit matériel

 

Il ne faudrait pas oublier toutes les petites choses que vous aurez besoin au bord de l'eau, à savoir :

Une pince à plomb

Un ciseau dégorgeoir

Le coupe fil que vous pouvez très bien trouver au rayon manucure d'un magasin discount.

Une boite en plastique de forme rectangulaire, afin d'y placer votre boite de plomb et vos pochettes d'hameçons montés.

Un sac à appâts en toile, pour transporter vos appâts surtout le vers de terreau.

Une petite boite en plastique pour le transport des autres appâts (teigne, porte bois etc...). Vous pourrez trouver des boites isothermes très pratiquent pour la conservation des petits appâts.

Une petite pochette plastique afin d'y mettre votre carte de pêche.

Boite en plastique pour les appâts pouvant être accrochée à la ceinture

Boite en plastique pour les appâts pouvant être accrochée à la ceinture

Ciseau

Ciseau

Pince à plomb

Pince à plomb

Sac à appât

Sac à appât

                                                                    L’équipement du pêcheur

Il va bien falloir vous équiper de la tête au pied afin de ne pas avoir froid, de pêcher en étant au sec et de ne pas succomber à une insolation en plein été.

Donc, il vous faudra:

Une casquette à large visière pour le soleil.

Votre matériel va rester au plus simple, donc pour une question de pratique et surtout de simplicité, vous n'aurez sans doute pas besoin, d'avoir un gilet de pêche pour débuter. Je vous conseillerais la solution, chest pack, chest pack plastron avec une grande poche sur le devant. La solution de la musette en bandoulière, peut-être envisagée, tout comme le panier qui peut aussi servir si vous voulez garder de temps en temps un poisson de belle taille.

La veste de pêche, ou veste de wading est aussi un budget et pourtant il va bien falloir vous protéger de la pluie et des parties de pêches avec du vent. Deux solutions s'offrent à vous pour le début le bon vieux K-way, voir la veste de pluie, coupe vent dédié à la randonnée. Il y a de très bons produits à des prix correct, dans les rayons de Décathlon. Il y a toujours d'autres solutions surtout au niveau de l'équipement.

Pour le chaussant, je vous conseillerais pour vos débuts la paire de cuissardes, cela pourra pallier, à toutes les situations en petit cours d'eau. À l'investissement cela sera moins couteux qu'une paire de  waders avec des chaussures, même si les cuissardes en plein été, cela ressemble plus à une cocotte minute qu'à autre chose. Au fil du temps et de vos sorties, pour un confort indéniable, vous passerez à l'ensemble waders plus une paire de chaussures, voir la pêche en short et chaussure de randonnée, pour les moins frileux.

casquette

casquette

Cuissarde

Cuissarde

                                           Les appâts 

Voilà un chapitre essentiel de cette pêche au toc, ces appâts vont apporter la nourriture à la truite, ils vont être le déclencheur de la prise ou non par le poisson de ce que nous lui présentons. Il va falloir prendre en compte la saison, la température de l'eau, divers paramètres pouvant influencer cette dernière et divers paramètres pouvant jouer sur les conditions climatiques.

Pour faire simple, l'appât roi du début de saison va rester le ver de terre, voire de terreau (attention à sa longueur surtout par eau basse). Mais nous pouvons très bien apporter une « belle bouchée « à la truite en composant avec deux appâts les mêmes sur l'hameçon (ex : deux teignes, deux mouches naturelles).

Plus nous allons avancer dans la saison de pêche et plus les appâts vont se diversifier. La nature va nous offrir, la sauterelle, la mouche naturelle, le hanneton, etc..

Vous pourrez à la belle saison trouver sous les caillou de tailles importantes, les larves de la grande perle, ainsi que le porte-bois, qui seront de véritables aimants à poisson.

Sans devenir un entomologiste incollable, il vous faudra quand même avoir quelques bases sur ce qui fait au quotidien la nourriture de la truite.

sauterelle

sauterelle

teigne

teigne

vers de terreau

vers de terreau

larve de perle

larve de perle

                                               La plombée

C'est sans doute le plus gros morceau de cette technique de pêche, celui qui comporte plusieurs variantes, sans doute autant, qu'il y a de pêcheur. Cette plombée, elle va varier aux grès des saisons, des niveaux d'eau et des lieux que vous allez pêcher et surtout de la tenue du poisson dans les diverses couches que comporte les multiples secteurs d'une rivière. Je pourrais dire que sur le même linéaire d'une rivière, la plombée va évoluer suivant les postes et les secteurs que vous allez rencontrer. Une plombée reste une chose vivante que l'on fait évoluer suivant "l'humeur" des poissons que l'on recherche.

Mais pas de panique, ce n'est pas une chose si complexe que cela et une fois que vous aurez touchés vos premiers poissons, vous serez sans doute dans le vrai, même si le meilleur d'entre nous ne prendra jamais tous les poissons de la rivière et qu'il n'y a pas de plombée exacte, le but ultime sera bien sûr de se faire plaisir sur les bords des cours d'eau.

La plombée doit être toujours dégressive, c'est-à-dire que quand vous allez monter vos plombs sur votre ligne le plus petit numéro sera en premier (le plus fort en poids) et ainsi de suite (ex : plomb numéro 3, puis plomb numéro 4, etc.).

Le plus simple pour vous, va être de commencer par le côté de l'hameçon en laissant un espace entre ce dernier et le premier plomb que vous allez mettre. Une fois ce plomb posé sur votre ligne qui sera votre plomb de touche,  il va falloir alors laisser un autre espace afin de positionner les plombs restant sur votre ligne de pêche. En partant de ce principe vous pourrez faire toutes les combinaisons possibles, on peut utiliser le même numéro et mettre un plomb de touche, avec un numéro de poids inférieur (ex 5,5,5 et un 6). En jouant sur l'écartement des plombs vous allez aussi jouer sur la rapidité de la descente dans l'eau de votre plombée. Plus votre plombée va être compacte, plus elle va couler et pêcher rapidement.

Certains d'entre nous, vont utiliser les mêmes numéros pour confectionner et varier suivant la saison et l'appât utilisé, d'autres ne vont pas utiliser de plomb de touche et avoir une plombée plus étalée et enfin certains vont laisser entre l'hameçon et le premier plomb posé sur leur ligne un espace important.

Je vous laisserai donc trouver la bonne formule, celle qui vous conviendra, avec pour base les deux croquis que vous pourrez trouver ci-dessous et qui sont issues des types de plombées que j'utilise.

croquis 1

croquis 1

croquis 2

croquis 2

croquis 3

croquis 3

                                              Les poissons

En prospectant les petits cours d'eau, les têtes de bassin, vous allez le plus souvent rencontrer des poissons de souches sauvages que cela soit de la truite méditerranéenne ou de l'atlantique. Il se pourra aussi que la main de l'homme soit intervenue et que la souche, ne soit plus trop celle qui devrait être, mais qu'importe le poisson sera de toute façon, devenu sauvage avec les années.

Il se pourra aussi si vous avez non pas chez vous des petits cours d'eau, mais des torrents Alpins ou Pyrénéen que vous rencontriez la truite "AEC" qui sera là, non pas pour sa qualité et sa beauté, mais pour faire vendre des cartes de pêche !!

Bref, vous aurez aussi l'occasion sur des petits cours d'eau de plaine, de rencontrer le Chevesne qui ne se démérite pas, bien au contraire et qui est sans doute bien souvent dédaigné par les pêcheurs.

Mais une fois que vous aurez goûtés à la robe, aux traits de belles sauvageonnes vous n'aurez de cesse de retrouver ces robes magnifiques, mélangé à la beauté des lieux et des eaux de cristal, tout un programme !! Mais quoi que vous trouviez, il faudra s'armer de patiente pour les leurrer. Vous rentrez de pleins pieds dans leur domaine, il vous faudra vous fondre dans le paysage et devenir le chasseur qui dort en vous.

Une truite cela se mérite quelle que soit sa taille et j'espère que vous pourrez gouter à toute,  je vous le souhaite en tout cas.

Truite Fario de souche méditerranéenne

Truite Fario de souche méditerranéenne

Truite de souche atlantique

Truite de souche atlantique

Croquis de truite AEC

Croquis de truite AEC

                                     L’action de pêche

Si un jour je ne sais où, vous lisez ou vous attendez parler par d'autres, que les petits cours d'eau et les têtes de bassins se pratiquent de l'amont vers l'aval, ni croyait pas une seconde, vous serez dans le faux, d'ailleurs c'est une contre- vérité de croire cela.

Cette pratique de la pêche dans les petits cours d'eau du piémont et des montagnes, se doit « OBLIGATOIREMENT » se pratiquer de l'aval vers l'amont. Dans un premier temps pour ne pas faire fuir les poissons en poste, car on va se positionner dans le dos de ces derniers et dans un second temps, car en évoluant de la sorte, on s'ouvre plus de champs d'action et donc de possibilité de coup de canne.

Il va falloir faire aussi avec la végétation des rives qui parfois va vous compliquer quelque peu la vie, il va valoir sans cesse s'adapter et ainsi avoir un positionnement idéal pour avoir une pratique idéale. Un coup il faudra prospecter sur la rive gauche, un coup sur la rive droite et un autre au milieu du lit du cours d'eau. Il va aussi falloir faire attention à l'ombre porteuse qui mettra en alerte le poisson.

Ne vous transformez pas non plus en éléphant au bord de l'eau, votre marche d'approche des postes doit rester très discrète. Tout cela, vous l'apprendrez très vite en ayant une pratique assidue de la pêche.

Pour la recherche du poisson, il va vous falloir faire un mixe entre prospection des postes et petites dérives. Il va falloir prospecter les sous-berges, les remous et contre remous, les devants des gros blocs et les derrières. Aux heures les plus chaudes il va vous falloir chercher le poisson dans l'écume blanche, alors qu'en avril ces belles dames seront, sans nul doute plus en fin de courant, voir dans les zones les plus calmes à attendre l'apport de nourritures.

postes à truite

postes à truite

postes à truite

postes à truite

postes à truite en zone plate

postes à truite en zone plate

postes à truite dans un profond

postes à truite dans un profond

poste sous-berge

poste sous-berge

                                           En conclusion

Après avoir lu ces lignes, je vous conseillerais de vous diriger chez votre détaillant d'articles de pêche (quand le confinement sera fini), il pourra aussi vous donner d'autres conseilles et surtout vous donnez quelques lieux où faire vos premières sorties.

Une fois bien équipé, il va vous falloir vous penchez sur tout ce qui sera susceptible d'éclairer votre envie d'apprendre. Livre, internet, tuto, etc.. Vous allez avoir tous l'hiver afin d'être prêt pour mars.

Je vous conseillerais aussi d'aller le plus souvent possible à la pêche, afin d'emmagasiner de l'expérience et cerise sur le gâteau si vous arrivez à trouver un pêcheur qui veut bien vous donner un peu de son temps, vous apprendrez certainement plus vite, on apprend toujours des autres et de ce que les autres peuvent utiliser.

La pêche aux appâts naturels est une technique de pêche fabuleuse, c'est la seule ou l'on peut pratiquer par tout temps, par toutes saisons et sur tous types de cours d'eau, c'est une école de la vie, on y découvre beaucoup sur la nature et sur la vie aquatique.

Vous allez rentrer de pleins pieds, dans une passionnante distraction, un mode de vie à part entière !!

Une fois que vous aurez compris les mécanismes de cette technique, vous pourrez sans doute évoluer vers d'autres lieux, des endroits plus grands, si tel est le cas, je ne serais que, vous conseillez de faire évoluer votre matériel, avec des modèles de cannes anglaises, tout d'abord avec une longueur de 3,90m afin d'écrire vos premières pages sur des cours d'eau bien plus grand que le ruisseau.

Après cela peut être que vous évoluerez vers d'autres techniques de pêche (mouche, leurre, etc..) comme certains le font. Mais, peut-être que vous deviendrez un véritable virtuose de la pêche aux appâts avec des cannes adaptées à chaque appât naturel ou non (nymphe) et à chaque type de cours d'eau.

En tout cas quoi que puisse être votre chemin de pêcheur, je vous le souhaite long et pavé de plein d'émotion et de belles rencontres.

J'espère toutefois que ces lignes pourront vous aider (c'est le but de cet article) et vous donneront vos premiers frissons sous l'onde claire, là où les truites sont plus belles que dans nos rêves.

Photos issues du net 

Photos personnelles 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jouet Matheo 23/11/2020 15:03

Bonjour, merci pour le partage, au plaisir de vous voir sur mon blog. https://jouet-matheo.blogspot.com/

truitepassion.fr 23/11/2020 21:10

Bonsoir, j'irais voir cela .
Serge