Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ouverture

Pages

Catégories

Publié par truitepassion.fr

Juste après la pluie

Nous avons perdu en quarante-huit heures, environ une bonne dizaine de degrés, c'est vingt-quatre heures de pluie, on fait un bien fou à la nature, qui était il faut bien le dire en souffrance. Les eaux des cours d'eau n'ont pas gonflés et troublés, tout du moins dans un périmètre proche de chez moi, c'est ce que j'espérais en me rendant hier en début d'après-midi sur un cours d'eau non loin de mon domicile. Et même si les dernières précipitations n'avaient pas chargées les eaux des rivières, les sous-bois étaient bien mouillés, de quoi entrevoir sans doute d'ici quelques jours la poussée des champignons. Ce samedi était une prémisse à l'automne, l'été était sans doute derrière nous, le temps ce prêtait à aller faire quelques dérives, dans les courants et remous des rivières.

Les touristes étaient dans les embouteillages, voir dans les supermarchés à faire la liste des courses, pour la rentrée scolaire des gamins. La nature et les rivières retrouvaient un peu de leur quiétude, je pouvais sans inquiétude partir alors quand bon me semblait après la pluie, courir sur les rives des rivières, en espérant dompter quelques farouches zébrées. Même si j'aime pratiquer ma passion sous la pluie, j'ai attendu toute la matinée d'hier (samedi 29 août) que la pluie s'arrête et que je puisse me rendre dans les montagnes de la Drôme. La pluie a cessé en toute fin de matinée, j'ai alors mis mes affaires de pêche dans la voiture, sorti une de mes cannes et préparer mes vers de terreau. Un seul appât, une seule canne pour découvrir les niveaux d'eau que je pensais grandissant, pour aller à la rencontre d'une rivière drômoise. Je n'avais plus pêché dans la Drôme, depuis pas moins d'une bonne quinzaine, préférant en ce mois d'août les torrents de l'Isère.

C'était juste, pour aller prendre la température, histoire de passer quelques heures au bord de l'eau, après la pluie, durant cette après-midi ou l'été c'était arrêté et avait fait place à l'automne, à la pluie et à quatorze degrés au plus fort de la journée. Fini la pêche en tee-shirt, la veste était de rigueur tout au long de cette après-midi, après quelques minutes de marche, j'apercevais enfin la rivière, je l'aurais souhaité "grosse et sale", mais elle ne l'était point. Elle gardait tout de même un attrait sympathique pour le loisir pêche, elle n'était pas moribonde comme beaucoup de ces soeurs dans cette période noire, qui touche les quatre coins de la France.

La chute de ces quelques millimètres de pluie, la chute des températures et l'affolement du baromètre, pouvaient très bien à eux seuls, faire bouger les poissons bien plus, peut-être que la subite montée des eaux. Le premier coup de ligne allait sans doute me donner des informations à ce sujet, il allait surtout me donner la partition de mon après-midi. Une partition en deux actes, avec un bon début et une fin un peu plus calme, mais avec des poissons de belles tailles. Les petites étaient sans doute en absence, car ce sont plus des poissons de tailles respectables (entre 20 et 25 cm) qui viendront poser sur la photo, avant de regagner la liberté.

Le carbone de la RS a eu du fil à retordre devant la farouche défense des truites qui jusqu'au bout se battront pour leur liberté. Au total, une bonne dizaine de poissons, entrecoupé de moment sans rien, de moments d'incertitudes, de ferrages loupés et d'accrochages (je vous rassure cela m'arrive !!!). Tous les poissons ont été pris, aux vers de terreau, on ne change pas une équipe qui gagne et j'aime me conforté, dans le confort de ce qui fonctionne. Un petit hameçon numéro 10, un bas de ligne d'environ trente centimètres et deux plombs numéro six et un numéro sept pour plomb de touche et voilà mes plus belles dérives au travers des veines d'eau, durant toute l'après-midi.

La pluie m'accompagnait, sur le chemin du retour, les senteurs d'automne, m'avaient accompagnées tout au long de mon périple, les montagnes tiraient grises mines et les barbes à papes des fêtes foraines enveloppaient les sommets de cette merveilleuse vallée. Que voulez-vous qu'avec un tel spectacle, nous ne puissions pas aimer la nature bien plus que notre prochain, l'essence du pêcheur est là pour moi, bien plus que le simple fait de prendre un poisson si mythique qu'il soit. C'est ce qui aux fils des ans me fait me lever les week-ends parfois aux aurores pour aller emporter au fond de moi les précieux souvenirs qui sont liés à tous ces instants magiques, ou la beauté des vertes vallées, n'a d'égal qu'avec la robe des demoiselles des eaux claires.

A très vite ......

Juste après la pluie
Juste après la pluie
Juste après la pluie
Juste après la pluie
Juste après la pluie
Juste après la pluie
Juste après la pluie
Juste après la pluie
Juste après la pluie
Juste après la pluie
Juste après la pluie
Juste après la pluie
Juste après la pluie
Juste après la pluie
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article