Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ouverture

Pages

Catégories

Publié par truitepassion.fr

Les deux pêcheurs au béret.
Les deux pêcheurs au béret.

La confrérie des pêcheurs au toc avec un béret, était réunie en ce mardi 14 juillet, non pas pour défiler, mais pour une partie de pêche aux appâts naturels, sur les rives d'une des plus belles rivières de la Drôme (je ne pense pas être loin de la vérité).

Voici ce que pourrait être l'entête de cet article du jour, clin d'œil à l'ami Hervé Limongi. Nous ne sommes pas encore à la naissance de la confrérie des pêcheurs au toc avec un béret, mais quoi qu'il en soit, nous étions mon ami Phil de l' Aude et moi-même à vêtir notre tête de ce fameux couvre chef, que l'on trouve communément dans les contreforts des montagnes des Pyrénées.

Pourtant, nous en étions loin, très loin, mais finalement sans doute si proche, la belle rivière que nous nous apprêtions à pêcher tous les deux en cette matinée de fête nationale, aurait très bien pu être un affluent d'un Gave, ou d'une Neste.  Je pense sincèrement qu'avec sa beauté et la splendeur de ses eaux et du décors, cette rivière aurait belle allure bien plus au sud ouest de la France.

Tout cela pour vous dire que pour la venue de l'audois en terre drômoise je me devais de faire découvrir à mon copain le pêcheur de la montagne noire, ce petit joyau.

Bon à force de venir par chez moi et de lui faire découvrir une à une les rivières que je fréquente, il va finir par les connaître plus que moi.  Evidement,  je ne suis absolument pas sérieux et je garde quand même sous le coude quelques endroits secrets, d'ailleurs je lui ai dit que lors de sa prochaine venue, nous irions tous deux en Isère, à ce jour il en connaît assez de la Drôme !!!!!

La splendide rivière.
La splendide rivière.
La splendide rivière.
La splendide rivière.

La splendide rivière.

Pour en revenir à cette journée de pêche en binôme et pour en faire le résumé en quelques lignes. Nous allons attaquer tous les deux par un secteur que je vais découvrir en même temps que mon ami, un secteur qui de par son profil et sans doute plus approprier à un niveau d'eau du mois de mai (par exemple). Nous allons y connaître des fortunes diverses et des accrochages dans les branches et pour ma part, la casse net de ma ligne sur la défense d'une belle truite non loin d'un profond ou l'eau partager ces remous avec quelques troncs d'arbres et pas mal de branches mortes.

Pour la suite, j'ai voulu faire prendre à mon ami cette belle truite de plus de 30 cm que j'avais pris l'an dernier en septembre et à nouveau au premier jour de pêche d'après le confinement, mais la belle avait disparue ou ne voulait pas mordre à la monture de l'audois. 

Nous allons continuer tous deux et connaître, le frisson de la touche et cela jusqu'au vieux pont en pierre. Le soleil donnait des reflets magnifiques sur l'onde et la teigne voir parfois le vers de terreau étaient, le régal de ces dames. Le remous était discret et la cascade aussi belle que la première fille de nos souvenirs, il ne manquait que quelques belles de plus pour entrevoir la quintessence absolu du pêcheur durant cette matinée.

Après s'être repu et reposé, je vais emmener mon camarade, vers d'autres lieux, plus cascadeurs. Nous allons continuer tous les deux à pêcher la même rivière, mais bizarrement l'appât va changer, encore une bizarrerie de la pêche à la truite aux appâts naturels. Le vers de terreau va être de mise, pour cette pêche de l'après-midi, mais malgré cela le compteur va rester vide, enfin pour moi. Car mon ami Phil, va sauver la mise en faisant deux poissons, hélas nul n'est prophète en son pays !!!

Mais, même si je n'ai pas ouvert le compteur, je n'ai pas perdu un instant de ce moment de pêche, car je me suis régalé à essayer la canne Native II en 3,30.

Je ne vais pas vous mentir, en vous disant que c'est une très bonne canne, un objet léger comme une plume, avec une action de feu, un coup de poignet suffit pour jeter sa ligne, à l'endroit voulu (cette canne est vraiment faite pour propulser des petits grammages ex: une nymphe). Hélas, je n'ai pas pu ressentir la résonance du blank, manque de poisson au bout de la canne. Cette canne mérite grandement sa réputation et je comprends maintenant pourquoi un bon nombre de pêcheur l'ont adopté.

Cependant, je ne pourrais être objectif, sans vous parler de ce petit truc qui m'a moins plu, cette canne comporte une chose qui ne m'a pas emballé, c'est la poignée. En effet malgré tout le bon que cette canne, a pu me donner je n'ai pas aimé, la prise en main et encore moins la grosseur de la poignée, que j'ai trouvé un peu trop imposant par rapport au restant de la canne. Mais attention ceux-ci n'est que mon avis, l'avis que je me suis fait au bout d'une demi-heure d'essai et de quelques dérives. Sans nul doute, je pourrais corriger ou non mon jugement en pêchant avec toute une journée (j'en appelle à mes amis).

Il était seize heures, quand nous décidions de mettre un terme à cette journée de pêche, je garderais en souvenirs de cette journée, les moments de pêche au milieu de cette rivière, dont je ne cesserais jamais d'aimer la beauté, la présence de mon ami Phil, avec lequel j'ai toujours plaisir de partager un moment de pêche et surtout les quelques dérives que j'ai pu faire avec le phénomène Native, sans oublier mon compère Nayko (chien de pêcheur) qui est de toutes mes aventures.

A très vite

Les truites de cette journée de pêche.
Les truites de cette journée de pêche.
Les truites de cette journée de pêche.
Les truites de cette journée de pêche.

Les truites de cette journée de pêche.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pilou34 18/07/2020 19:19

merci pour le partage je vais moi aussi me convertir au béret

truitepassion.fr 20/07/2020 21:00

Et pourquoi pas !!!!! Merci pour ces quelques mots ....