Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ouverture

Pages

Catégories

Publié par truitepassion.fr

20 ans !!

Cela fait au moins vingt ans, que je n'avais pas mis un pied sur ce secteur, c'est tellement vieux que je ne me rappelle même pas les formes, de la rivière et la robe des poissons d'alors. Et pourtant, elle court des eaux folles à deux encablures de chez moi, je pourrais presque y tremper le fil de ma terrasse, assis sous ma pergola.

Je la pêche régulièrement plus haut vers les sources, vers les moulins et les chutes, mais là bizarrement j'avais complètement oublié de ma mémoire ce secteur. Il faut dire qu'il est souvent pêché et à bien y regarder il n'y a presque de la place, que pour un pêcheur, une fois dans le défilé ou alors il faut marcher encore et encore. L'été il y a souvent des baigneurs et ceux qui aiment faire du bivouac, au milieu de nulle part.

J'avais pourtant fait un bout d'essai il y a quelques années en arrière, pêchant le début du défilé, avec la prise de quelques truites, mais ce secteur est plus à réserver pour le pêcheur aux leurres, voir le virtuose du fouet. Ce n'est que courant et long plat, difficile d'y pratiquer la pêche au Toc, à moins d'avoir des courants porteurs et ainsi pouvoir pêcher les sous berges des deux rives.

En ce jeudi 18 juin, je décidais donc de me rendre sur ce secteur, de marcher un bon moment au travers des prairies et des sous-bois et d'aller à la recherche des endroits plus propices à la pêche aux appâts. J'allais y découvrir des endroits magnifiques, des profonds, des courants vifs, des méandres, tout pour pêcher en dérive et espérer pouvoir y prendre quelques poissons.

D'un canal linéaire forgé par l'eau de la rivière depuis des millénaires, je vais passer à une rivière plus large et totalement différente de ce que je pouvais connaître et reconnaître tout en marchant. J'avais l'impression de ne pas être au même endroit, de pêcher et de découvrir une nouvelle rivière de la Drôme. J'étais heureux et émerveillé par tant de grasse et de beauté, l'endroit était magique et à la fois reposant, la rivière m'appelait, il me fallait juste déplier ma canne et commencer ma pêche. Je ne vais pas vous cacher, que durant toute la matinée je vais voir mes dérives finir sans la moindre touche, voir le moindre poisson. J'aurais bien quelques tapes sur le fil, l'émerillon, voir le rigoletto que sais je, mais les dames de la matinée restaient quand même des plus discrètes.

 

20 ans !!

Tant bien que mal je vais finir par faire deux truites, à laquelle il fallait tirer la queue pour les voir de belle taille. Mais qu'importe finalement l'essentiel n'était pas là, il était à la découverte de ce secteur et à la beauté du site, malgré que le tableau aurait pu être plus joli, si les buis n'étaient pas tous sortis d'une nuit sans lune dans un film d'épouvante. Merci à la chenille de la pyrale du buis qui a décimé l'un des emblèmes des rives de certains cours d'eau de la Drôme.

Mais revenons si vous le voulez bien, à cette rivière et à sa beauté, car les truites attendront certainement une autre de mes visites pour venir me saluer. Elles sont restées des plus timides en ce jeudi de juin, mais peu importe.

Il est bon parfois de marcher un peu quand cela est possible, bien entendu et d'aller à la découverte de secteurs moins pratiqués et un peu plus sauvage. Et finalement pourquoi je n'ai jamais pensé depuis que je suis passé de l'autre côté de la frontière (le Rhône), à retourner rendre visite à ce secteur.

Franchement je ne sais pas !!!!!

Parfois on fait des kilomètres pour aller découvrir une rivière, voir un secteur et on a, à deux pas de la maison des endroits  magnifiques, ou il fait bon y pêcher.

Cela me rappelle mes débuts ici, en tant que bon Ardéchois, au cœur fidèle je continuais à passer la frontière et monter dans les vertes vallées, au pays des truites et des châtaignes. Et c’est un jour en discutant avec mon ami Gilles, vous savez le « gilou 26 », que je salue au passage, c’est lui qui m’a dit : «  mais pourquoi tu fais tant de kilomètres pour pêcher, alors que tu as bien de quoi faire à côté de chez toi », on croit toujours que l’herbe est plus verte ailleurs, mais souvent, nous avons tous tort et en l’occurrence moi le premier.

Je n’ai pas trop de conseille à vous donner, mais si vous aussi, vous avez non loin de chez vous un p’tit coin de paradis, un secteur qui n’a pas vu votre visite depuis des lustres, n’hésitez pas à aller y pêcher. Je pense sincèrement que vous allez, découvrir ou redécouvrir un territoire de pêche, ou vous pourrez y prendre certainement quelque jolis poissons. Et puis l’herbe, enfin les truites pourraient y être plus belle que partout ailleurs, on ne sait jamais !!!! Et vous risquez sans doute, tout comme moi en ce jeudi 18 juin, de vivre de grandes émotions et vous dire que finalement la pêche, ce n'est pas juste le fait de tremper le fil, ou de faire évoluer une mouche, voir un leurre.

La pêche c'est avant tout, un bien fait de l'humanité, nous avons devant nous, je pense des beautés de nature et ce qui se fait de plus beau sur cette terre. Nul n'est égal à la beauté d'une rivière, surtout pour le pêcheur de truites.

A très vite....

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article