Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fermeture 1er catégorie, 20 septembre 2020

Pages

Catégories

Publié par truitepassion.fr

Une histoire de cannes.

Nous voilà, devant l'objet de tous les désirs, de toutes nos passions, de nos attentes et de nos convoitises. Ce morceau de carbone, avec quelques anneaux fait le plus souvent débat dans le vaste monde des pêcheurs en général. Il n'y a pas plus sujet à polémique que celui de la canne à pêche (enfin je pense), surtout chez les pêcheurs de truites aux appâts naturels qui souvent ce déchirent entre cannes anglaises, téléréglables et fil intérieur, aficionado de telle ou telle marque et "Fan" d'actions plus ou moins paraboliques et autres.

A chaque pratique, son matériel, vous allez alors vous retrouver devant un choix conséquent, avec souvent plusieurs modèles qui vont varier, dans leur action, leur puissance et leur longueur, mais aussi le nombre d'anneaux et de brins. Tout est à prendre en compte suivant le poisson recherché et le lieu que l'on veut pêcher. Il est quand même de mise de ne pas pêcher par exemple le brochet avec du matériel fait pour la truite et le silure avec du matériel fait pour la pêche au coup etc.. Je vous vois sourire, mais mes propos ne sont pas dénués de tous sens et sont issu de ce que je peux lire au travers des pages du net (grande source d'inspiration, ou l'on peut y croiser du très pragmatique, au grand m'importe quoi).

Chaque technique a donc son propre matériel, il en va bien entendu pour la pêche de dame Fario, on ne pêche pas à la mouche avec une canne destinée aux appâts naturels et on ne peut prétendre à pêcher aux leurres avec une canne à mouche etc..Bien que certains pêchent aux leurres, voir aux vairons avec une grande canne téléréglable et cela est tout à fait envisageable, il faut savoir rester dans les clous et ne pas devenir l'apprenti sorcier d'une technique de pêche, quoi que certains p'tits génies et touche à tout ne manquent pas à nous faire découvrir des choses plus ou moins improbables.

Mais restons tout de même dans les clous, avec ce que les marques d'articles de pêche nous proposes, années après années dans chaque technique. Et finalement on pourrait très bien se contenter de peu, est-ce que les anciens étaient des acheteurs compulsifs et des « collectionneurs nés » ancrés dans un monde de consommation ? Je ne le pense pas, de toute façon il avait à leur disposition que peu de choix et souvent il pratiquait avec très peu. Un morceau de roseaux, une branche de bois souple, un fil de nylon, une allumette plus un bouton de veste et ils étaient à prendre du poisson (film : « ni vu, ni connu » avec Louis de Funés).

Une histoire de cannes.

Avant nos cannes en carbone, nos actions plus ou moins souples, nos longueurs prédisposer à telle ou telle rivière, n'oublions pas que les cannes étaient le plus souvent faite de bambou refendu, d'ailleurs il existe encore certains modèles de cannes à mouche faites avec cela. L'invention de la canne à pêche dite moderne est attribuée à Samuel Philippe au 19 ème siècle. C'est à un Américain, Arthur M.Howald que l'on doit la canne à pêche en fibre de verre et c'est à un Français Monsieur Dubois que l'on doit la canne à fibre de verre creuse. C'est grâce à la recherche aérospatial que nous pouvons aujourd'hui avoir des cannes faites en carbone. Cannes qui au fil des années sont devenues de plus en plus légères et résistantes : de véritables petits bijoux pour notre plus grand plaisir.

Je laisserais aux spécialistes des diverses techniques de pêche des carnassiers, du silure, de la pêche aux coups, de la pêche de la truite aux leurres et à la mouche de vous apporter tous les renseignements que vous serez susceptibles de vouloir trouver. Je ne vais, dans mes propos vous parlez des diverses cannes pour la pêche au Toc (enfin le peu que je connaisse).

Je ne m'aventurerais pas,  non plus à vous parler des diverses actions d'une canne, de la composition de son carbone, de sa résonance, de la décomposition de son action, brin par brin, lors du ferrage et du combat avec le poisson et de son équilibre. Je ne pourrais vous dire si le carbone Chinois et de meilleures qualités ou de moins bonnes que celui du Japon, ou nommer le pays où l'on trouve les meilleurs composants pour fabriquer une canne. Vous pourrez je suis sûr trouvez ces réponses-là, auprès des spécialistes que sont Christophe Pacalet (Toc passion), Pierre Sempé,  la maison Ducos, Stéphane Pagés (PSM), Matthieu Vieilhescazes (Canne Native), Hervé Charpenel et d'autres. Je pourrais juste, vous dire à titre d'info, qu'il vaut mieux une canne lourde, mais bien équilibrée, que l'inverse !!!! Donc place à l'équilibre et surtout à l'équilibre de l'ensemble canne plus moulinet comme me l'a fait justement remarqué Patrick Roux (dans son commentaire sur mon dernier article : une histoire de moulinets).

La pêche au toc, ou aux appâts naturels c'est comme l'on veut, je préfère la seconde dénomination, comporte cinq grandes spécificités concernant les cannes, suivant si vous allez vouloir pêcher au toc, ou en dérive naturelle. Vous allez pouvoir trouver des cannes de types anglaises, multibrins (3,4,5) de différentes longueurs (3,20 à 4,10m), des cannes à fil intérieur, généralement en trois brins et là aussi en différente longueur, des cannes  téléscopiques, de différentes longueurs, des cannes téléréglables, de différentes longueurs et enfin des cannes spécifiques pour la pêche à la barre (qui ne comporte pas d'anneaux).

Une histoire de cannes.

Le pêcheur pourra trouver dans ces cinq familles de quoi satisfaire sa passion, son porte-monnaie et ses envies de pêche, mais attention il va y avoir de grandes différences entre toutes ses familles, des sous-groupes ou suivant la marque, la grandeur, les cannes n'auront pas du tout la même action.

La canne anglaise sera là pour pêcher en dérive, pour présenter le long des courants l'appât à la truite. C'est sans doute la canne la plus utilisée par les pêcheurs de truites et chacune d'entre elles, reste pour moi réservé à un type de cours d'eau bien précis. Effectivement si l'on peut pratiquer la grande rivière avec une canne courte (3,30, 3,45) et faire des dérives correctes, vous allez vous compliquer la vie à pêcher un cours d'eau petit avec une canne de ce type d'une taille de 3,90m. En gros voilà pour moi le schéma type, même si certains pourront trouver des alternatives :

canne courte (3,20m à 3,45m) petits et moyens cours d’eau,

canne moyenne (les plus polyvalentes, 3,60m) petits, moyens et grands cours d’eau

grande canne (3,90 et 4,10m) pour les grands cours d’eau.

Au niveau de l'action, suivant les marques et les modèles vous allez pouvoir trouver des actions totalement différentes. De l'action de pointe, à l'action médium, voir la parabolique, chaque pêcheur pourra y trouver son compte. En général plus on va avancer en prix, donc en gamme et plus les cannes auront une action plus douce, médium, voire très souple. Suivant le type de cannes vous allez aussi pouvoir trouver des modèles en 3, 4 et 5 brins, bien que la plupart de ses cannes restent en trois brins. L'action va alors varier suivant le nombre de brins que va comporter la canne, plus il va y avoir de brins plus la canne sera nerveuse. Mais a contrario ces modèles-là ne prendront que très peu de place dans vos bagages lors d'un périple pêche par exemple. Pour une question de souplesse et surtout de pliage de là, dite canne après l'action de pêche, je préfère de loin une canne de trois brins. Le nombre d'anneaux reste aussi un choix à ne pas négliger lors de l'achat d' une future canne, plus il va y en avoir plus la glisse sera améliorée et moins le fil collera au blank de la canne lors d'une sortie sous la pluie (par exemple). Et là aussi le choix, va être vaste et pléthorique.

Une histoire de cannes.

Personnellement et après avoir goûté aux plaisirs des actions très souples, je ne pourrais pas revenir à autres choses, leur action, la résonance du blank font que !!!!! On s'habitue vite à l'excellence et puis la canne à pêche n'est-elle pas le prolongement du bras du pêcheur. Bien que certains pêcheurs leur donneront tord, leur reprochant justement cet excès de souplesse surtout au moment du ferrage.

Pour ce qui est des cannes téléscopiques et téléréglables,  elles restent pour moi réservés aux endroits de pêches difficiles, les ruisseaux encombrés, les torrents de montagnes et certaines rivières difficiles où il faut pêcher au TOC, avec une plombée conséquente. C'est là où la différence entre la pêche dite au Toc et la pêche en dérive trouve la plus grande de ces différences. La première est faite, pour pêcher le poste est présenté son appât devant « la maison « de la truite, la seconde va jouer sur l'art de présenter convenablement son appât aux divers courants afin que la truite puisse venir le prendre. Et personnellement, les cannes dites téléréglables et téléscopiques, pêchent beaucoup d'une part dans leur action et d'autre part dans leur glisse, lors du jet de la ligne.

Voilà pour la petite histoire, mais revenons à nos cannes téléscopiques et téléréglables  les grandes différences à savoir entre les deux sont que les premières comportent plus d'anneaux que les secondes. Qu'il faut déplier totalement les divers brins des premières pour pêcher alors que pour les secondes on va pouvoir jouer sur la longueur, avec leurs bagues réglables. Les cannes téléscopiques  sont en générales de plus faibles longueurs et comportent en général plus d'anneaux qu'une canne téléréglable. Elles restent aussi d'un plus faible encombrement une fois pliée.

La canne téléréglable, va comporter moins d'anneaux, mais va être dans la plupart des cas d'une plus grande longueur, puisque l'on peut trouver des modèles de plus de six mètres. On va pouvoir aussi trouver des modèles classiques et d'autres de faibles encombrements pour les pêcheurs baroudeurs. Le plus grand défaut de ce genre de cannes restent le gros problème des anneaux pas assez éloignés du blank de la canne ce qui a la moindre humidité rend la pratique de la pêche quasi impossible. Heureusement que depuis quelques années, certains fabricants ont résolus ce type de problème en proposant des modèles avec des anneaux bien décollés, faute de pouvoir en avoir un grand nombre sur la canne. Cela suffit pour améliorer grandement la pratique de la pêche, même en milieu humide.

En général ces types de cannes, restent assez lourdes et leur action sont de pointe bien marqués, c'est pour cela que je ne serais, vous conseillez de rester dans la tranche de quatre à cinq mètres cela reste amplement suffisant pour pêcher au toc sous la canne.

Une histoire de cannes.

Me voilà maintenant devant le cas des cannes à fil intérieur qui sont nés dans les montagnes du berceau de la pêche au Toc, à savoir les Pyrénées.  Vous allez pouvoir trouver différentes longueurs dans ce type de cannes et bien entendu les marques les plus connus vous proposeront bien des modèles. Le principe de ces cannes à anneaux intérieur (entretoise) reste que le fil doit glisser à l'intérieur de la canne, donc attention à leur nombre et surtout à la position de ces derniers. Encore que Mr Raymond Fernandez (propriétaire de la maison Fiquet, les fameuses entretoises), m'expliquait un jour, qu'aujourd'hui de par l'évolution de ces dites entretoises, elles sont maintenant plus longues donc il y en a moins dans les divers brins de la canne, mais par contre le fait que ces entretoises soient plus longues,  arrivent à vraiment centrer le fil et donc la glisse est encore améliorée.

Ces cannes sont en générales proposées en trois ou quatre brins et si vous cherchez de la qualité et une glisse optimale, il va vous falloir vous tourner vers un facteur de canne et oublier les modèles du commerce. Attention aussi aux premiers moments de mars, voir au petit matin d'avril ou un peu d'humidité va venir se glisser dans la tulipe du scion rendant la glisse du fil très aléatoire. On dit souvent que ces cannes sont faites pour la pêche en milieu encombrés, certes elles ont le gros avantage de ne pas avoir le fil du scion emmêlé dans les branches lors de l'action de pêche, mais elles auront le même désavantage en milieu très encombrés qu'une canne de type anglaise, ou rien ne pourra remplacer une canne téléréglable, lors de l'action de pêche (question de pratique et de gestion de la longueur).

Bien que sur des modèles de fabrications artisanales, vous aurez un excellent ressenti à la touche, la souplesse et l'action de la canne, dû aux entretoises ne pourra jamais égaler celle d'une canne de type anglaise. Mais quand on pêche avec ces cannes à fil intérieurs, on recherche je pense une autre conception et vision de la pêche et tous les pêcheurs n'aiment pas les cannes trop souples.

La barre n’a rien à envier aux autres cannes, ne croyez pas que ce type de canne est dénué de sensibilité, malgré son côté rustique. Les blanks composant ce type de cannes sans anneaux d’une longueur de 5 m à 8 m restent de très bonne facture pour les amoureux de cette pêche simple, mais pas simpliste. Et entre nous je me vois bien un jour prochain pêchant certaines de mes rivières aux mille postes, avec ce genre de canne.

Une histoire de cannes.

Voilà je pense avoir fait le tour de la question des cannes pour la pêche aux appâts naturels ou non et maintenant si je peux me permettre, voici quelques conseils issu de mon expérience de plus de trente années de pêches. Donc amis pêcheurs votre priorité va d'être de pêcher un maximum avec des cannes anglaises, voir des cannes à fil intérieur pour ceux qui préfèrent. Que cela soit en ruisseaux ouvert, en moyenne et grandes rivières quand la possibilité est là, il n'y a rien de mieux que de pouvoir pêcher avec ce type de cannes. La glisse du fil, le ressenti de la touche, la nervosité du blank, vont vous ouvrir un monde à part dans le plaisir de la traque de notre belle Fario. Les cannes de types téléscopiques et téléréglables seront à réserver pour les torrents de hautes montagnes, pour les ruisseaux encombrés et pour la pêche dans des canyons difficiles, voire de certaines rivières où, il convient de pêcher sous la canne, afin d'aller mettre à contribution le poisson. La canne à fil intérieur trouvera aussi sa place du ruisseau ouvert à la grande rivière, quant à la barre elle pourra pêcher le ru, qui serpente dans les prés comme la rivière moyenne.

Pour les marques et les modèles, cela va être une affaire de gout, de prise en main et de ressenti. Le mieux serait de pouvoir essayer les cannes en actions de pêche avant leur achat, mais cela n’est hélas pas possible. Les marques que je vais vous citer reste quand même des valeurs sûr de la pêche au Toc. Daiwa, Pezon & Michel, Garbolino, Hearty rise, Delacoste, Sempé, les cannes Native, Mitchell, Skaw, la gamme riverway de Decathlon restent aujourd’hui ce que l'on peut trouver sur le net et chez les détaillants et vous pourrez y trouver votre bonheur. Il va y avoir quelques noms supplémentaires pour les cannes à fil intérieur et pour la barre, avec la marque tubertini et les maisons Ducos, PSM et Toc passion pour les FI.

Je ne vous cacherais pas que j'ai un faible pour la maison Sempé, qui pensent et conçoivent de très bonnes cannes qui comblent la passion des amoureux de la pêche en dérive naturelle. Et je peux, vous conseillez un jour de posséder une de leurs cannes (un plaisir à pêcher), même si parfois certain, les trouve « trop molle » et je ne suis pas péjoratif, je pense sincèrement que dans la vie d'un pêcheur, il faut venir chez «Sempé» (nul question de leur faire de la pub, mais j'apprécie en tant que pêcheur leur vision et surtout leur ligne de conduite face aux pêcheurs). Je vous conseillerais aussi la gamme Delacoste, qui reste quand même sans doute à ce jour le meilleur rapport, qualité/prix. Je ne vais pas oublier les cannes Native qui n'ont plus besoin qu'on les présente, car leur succès n'est qu'à la mesure de la qualité de ces cannes.

Je ne pourrais finir cet article, sans vous parler de l’ascension de la canne riverway dont je suis sûr que l’on a pas fini d’en entendre parler et qui peuvent très bien servir à une première et riche expérience de la pêche aux appâts. 

Une histoire de cannes.

Pour finir, je n'aurais aucune prétention à vous dire qu'il faut posséder un vaste panel de canne, afin de pouvoir tout pêcher si on veut le faire. Et je ne pousse aucunement à la consommation et tout cela peut très bien se faire au fil des années, de notre propre expérience et des résultats que nous pourrons avoir avec nos cannes et nous ne garderons que les meilleures, sans nul doute. Certes, cela représente un budget conséquent et effectivement cela reste compliqué, surtout chez le débutant. Mais comme tout il faut garder en priorité qu'il faut adapter son matériel, à ce que l'on veut pêcher, voilà le leitmotiv du pêcheur quel qu'il soit.

Cela reste une équation à multiple résultat, tout en gardant pratiquement les mêmes composants. Quand on se lance dans la pêche, on se doit de se poser quelques questions : quelle pêche, quel cours d'eau, quel poisson et quel "matos" et adapter alors ce qu'il se doit. La chose prioritaire reste bien entendu la canne à pêche, même si son choix reste parfois compliqué pour le débutant, voir même pour le pêcheur confirmé. Plus notre expérience grandie et plus nous aimons pêcher avec des cannes très techniques et le prix reste souvent de concordance. Bien entendu on a pas besoin de pêcher cher pour bien pêcher, mais quand même pêcher avec une canne qui a toute, les qualités que nous recherchons n'a pas de prix et de là découle, le choix primordial à consacrer à cette dernière.

Merci à vous tous.

« Ar vère, o co que veï ».

Photos issues du net. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manu 19/04/2020 21:23

comme la canne idéale n'existe pas on peut varier à l'infini, les concepteurs ont encore beaux jours devant eux et nous on pourra ouvrir un musée

truitepassion.fr 20/04/2020 18:10

Salut Manu, il est vrais qu'entre les moulinets et les cannes, on peut varier à l'infini pour notre plus grand plaisir il faut bien le dire et comme tu le dis si bien les fabricants ont encore de beaux jours devant eux, merci à toi pour le commentaire.
@+
Serge