Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ouverture

Pages

Catégories

Publié par truitepassion.fr

Souvenir d'un pêcheur (par Raymond Fernandes).

                                         Pêche avec un non voyant 

Mon élève non voyant veut apprendre la pèche à la mouche !!!!!

Parmi toutes mes histoires de pèche, une m’a marqué tout particulièrement, l’apprentissage de la pèche à la mouche à un non voyant.

Au début de mon activité de marchand d’articles de pêche, installé en Corrèze, à Beaulieu sur Dordogne, un village très connu des pécheurs, plus particulièrement des moucheurs, je recevais régulièrement dans ce premier magasin, un client venant de Charente. Son métier de représentant en articles de plein air, l’amenait à longer la rivière Dordogne, plus particulièrement l’axe Argentat Beaulieu, pécheur passionné, il tomba amoureux de cette magnifique vallée. Cet homme très distingué a un fils non voyant, tout aussi passionné que son père, qui lui racontant ses parties de pêche ne pouvait que le faire mordre à l’hameçon, frustré de ne pouvoir partager cette passion avec son fils, il lui fallait trouver une solution pour y remédier.

Pour la vision, la nature ne l’avait pas gâté, mais pour le reste, elle s’était particulièrement rattrapée, ce grand gaillard de 1.85 m environ, au physique hors norme est doté d’une intelligence et d’une force de caractère exceptionnelle, les rêves les plus fous pouvaient être tentés.

La décision est prise, ce sera la pêche en mouche sèche, sur cette grande rivière, ce sera plus facile, en rentrant dans l’eau, le fils pourra dérouler sa soie sans accrocher. Pour réussir son père sera ses yeux !!!

C’est là que j’interviens, à cette époque je fabriquais des cannes à mouches, très connue des pécheurs de l’hexagone.

Le père passe la commande d’une 9’6 pieds, il me demande si je suis d’accord pour former son fils, je pense immédiatement à Michel Duborgel, le pape de la pèche, qui avait déjà fait attraper un saumon à un non voyant.

Trouvant ce moment plein de joie et d’émotion, l’occasion de vivre une situation similaire ne pouvait que me combler. Une formation commence, l’apprentissage du lancer de la soie est rapidement encourageant, la connaissance des mouches est tout autant maitrisé, faire des nœuds de raccord est un peu plus long et demande un entrainement. Pour le montage de la mouche sur le fil, un passe fil est utilisé, là je mets au point un nœud qui lui permet de nouer la mouche, deux tours de fil autour de l’index et du majeur, légèrement écarté pour permettre le passage de l’extrémité du fil, en serrant la mouche est nouée. Pour le commun des pécheurs, ce nœud est utile, il est réalisable dans l’obscurité d’un coup du soir.

Reste plus que la pèche, nous organisons un premier coup du soir, truites et ombres sont au rendez-vous, je m’aperçois vite, quand il manque un sens, les autres se décuplent, notamment l’ouïe qui permet de localiser le poisson par le bruit du gobage. La précision a quelques lacunes, parfois un peu loin, un peu court, un peu haut ou trop bas, le lancer commence à aller mieux, des premières attaques sur la mouche, c’est encourageant malgré des ratés systématiques, le père est présent pendant toute la formation, il sera ses yeux pour un entrainement du lendemain en attendant un nouveau coup du soir.

Nous nous rencontrons donc à nouveau, la précision est nettement meilleure, reste à attraper une truite ou un ombre, aucun poisson n’est pris, mais ça progresse. Le soir suivant, je sens une aisance, le père guide bien le fils, un parfait duo, un poisson est en action, sur mes conseils, assistés du père, la mouche est lancée, elle dérive parfaitement bien, je dis au fils ; « attention, elle va prendre la mouche, » le père, "ferre", exécution immédiate, le poisson est au bout, je croise le regard du père, une extrême joie s’en dégage, enfin le fils tiens sa truite.

Nous sommes maintenant tous les trois sur la rive, vraiment les plus heureux des hommes, nous nous quittons, en montant dans ma voiture, plein de joie et d’émotion je me dis que cette expérience très enrichissante restera un grand moment....

Texte et photo: Raymond Fernandes

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article