Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fermeture 1er catégorie, 20 septembre 2020

Pages

Catégories

Publié par truitepassion.fr

Image issue du net

Image issue du net

Avec le développement de cette technique de pêche du côté des pêcheurs aux appâts naturels, l'intérêt que nous commençons à porter à toutes ces petites imitations de larves et d'insectes aquatiques, il serait je pense plus qu'intéressant de ne pas passer à côté de cette technique et ainsi lui laisser une place de choix au côté du vers de terre, de la teigne et de la mouche naturelle, pour ne citer qu'eux.

Certains pêcheurs et pas des moindres, ne jurent aujourd'hui que par ces imitations composées de plumes et de plomb. Sylvain Manuel avec ces nymphes et sa canne Native (Issue de l'imagination de Matt & Lenka), mon ami Phil (phil toqueur) et ses imitations pour les petites rivières de l'Aude, Léo qui nous à donner un cours de pêche sur la Sioule lors de la rencontre Sempé ( avril 2019) avec deux nymphes dont une en potence (très intéressant comme dériver).

Je ne pourrai oublier Laurent Jauffret et sa célèbre pêche à « la bouboule» avec une nymphe et les Sempé Père et fils qui avec leurs cannes RS nymph et Dual, nous proposent des actions de cannes pouvant propulser une nymphe ci petite soit-elle.

Image issue du net

Image issue du net

Je ne vais pas vous donner dans ces lignes des cours de pêche à la nymphe avec une canne au TOC, cette technique comporte encore à mes yeux trop de mystères et de part d'inconnu. Le plus gros problème pour moi qui fait, que je n'ai pas encore franchi le pas, reste le choix de la nymphe au bord de l'eau.

Pourquoi choisir entre une nymphe casquée, une oreille de lièvre ou une perdigone,  pourquoi mettre une nymphe avec une bille noire, plutôt qu'une autre avec un tag orange et une bille argent, alors qu'il est si simple de mettre un petit ver de terreau au bout d'un hameçon numéro huit.

Et pourtant ces petites imitations, nous ont sauvé mon ami "Fifi" et moi d'une après-midi désastreuse en septembre dernier sur un cours d'eau moyen du sud de l'Isère.

Parti de cette déduction, je ne pourrais vous conseiller aujourd'hui, même si vous restez un inconditionnel de la pêche aux appâts ( comme je le suis aussi), d'avoir dans votre gilet, une petite boite avec quelques nymphes de bases (pheasant tail, oreille de lièvre et perdigone), qui pourront au cas où, vous sauvez votre matinée de pêche, ou votre après-midi.

De par la même, en pratiquant cette technique très fine et subtile, vous allez sans doute réapprendre un peu des bases de la pêche de la truite. Avec une nymphe, vous n'avez aucun droit à l'erreur, il vous faudra garder votre ligne toujours bien tendu (lors du combat avec le poisson) et surtout gardé à l'esprit que la truite ne sera pas votre tant qu'elle ne sera pas au fond de l'épuisette.

Image  issue du net

Image issue du net

A coup sûr ces diablesses vous rendront, la vie difficile et même si elles deviendront folles à la vue de votre nymphe à la bille orange, il sera plus que difficile de les faire venir à vous. La subtilité et la complexité de cette pêche, font que cette technique, même si elle prend ces bases dans la pêche aux appâts naturels, reste à elle seule un dériver bien à part.

Il est inconcevable de pouvoir prétendre pêcher à la nymphe avec une canne d'action de pointe, il vous faudra là une canne courte adaptée pratiquement à cette technique. Le mieux étant sans doute la canne à mouche modifier toc, si vous vous sentez de la fibre des bricoleurs et monteurs de cannes.

Sinon vous pourrez trouver d'excellente canne comme la RS nymphe (3,60) de chez Sempé, qui fera le boulot à merveille et je sais de quoi je parle puisque j'en possède une. Le must de cette pêche reste bien entendu de ne pas rajouter de plomb en plus, donc de ne se servir que du poids de la nymphe, vous comprendrez alors que pour propulser de si petit grammage, l'action de la canne doit être bien marquée (action progressive).

Vous pouvez même pousser le vice de pêcher comme les pêcheurs à la nymphes au fil, c'est-à-dire de mettre entre votre corps de ligne et votre bas de ligne un indicateur nymphe à la française, suivi d'un micro rings et ensuite vos deux nymphes en potence, ou votre nymphe seul. Mais la simplicité fonctionne aussi, en gardant votre corps de ligne et votre "rigoletto" et ajouter après votre micro émerillon votre nymphe au bout d'un bas de ligne adapté au profil du cours d'eau.

Quoi qu'il en soit et pour finir, je pense que ces nymphes de tous poils et de tous plombs peuvent très bien compléter, le panel d'appâts que le pêcheur de truites au TOC peut avoir à disposition. Il serait dommage qu'elles ne trouvent pas leur place entre le vers de terre et le porte-bois, il serait dommage de sans passer et ainsi se priver quand ces dames sont boudeuses de pouvoir sauver sa partie de pêche.

Ps: Il va vous falloir au début de la force et de l'abnégation et surtout beaucoup de patience, mais comme on le dit qui ne tente rien n'a rien, il suffit de sauter le pas, d'y croire, de s'appliquer et vous pourrez constater par vous même en prenant votre première truite avec une nymphe en guise de piercing, que cela n'était pas si compliqué que cela. Mais attention je ne vous garantis pas le succès à 100% . 

Vous trouverez sur le net dans divers sites consacrés à la pêche à la mouche et d'autres de quoi remplir votre boite avec différents modèles et couleur tout en restant dans les numéros 12,14 et 16 en taille d'hameçons, cela suffit amplement. 

Cependant, s'il vous prend une âme de monteur, pour combler les longues soirées hivernales et ne pas lamenter votre mal de pêche à regarder des vidéos sur YouTube, vous pouvez investir et ainsi concevoir vos propres modèles. Vous deviendrez ainsi, l'apprenti monteur de nymphes et vous aurez la joie et le bonheur de déjouer la méfiance de nos chères mouchetées. 

Voici en gros ce qu'il vous faudra pour réaliser des montages de bases.

Les outils 

- Etau

- Porte bobine

- Pince à hackle

- Twister

- Whip-finisher

- paires de ciseaux

- Aiguille à dubbing

- Petit cutter 

 

 

Image issue du net

Image issue du net

Matériaux et autres 

- Poil de lièvre

- Dubbing de lièvre

- Plume de faisan

- Hearl de paon

- Vernis ( consolidation du nœud final)

- Vernis UV et lampe UV

- Billes de cuivres et de tungstènes (2,8)

- Bobines de fil 6/0

- Hameçons à œillet ( 12, 14 et 16)

- Bobine de plomb

- Bobine de fil de cuivre 

- Poix 

Images issues du net
Images issues du net Images issues du net Images issues du net

Images issues du net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Flandin 07/12/2019 14:53

Venu de la pêche au vairon manié .j'ai adopté la nymphe soit au Tenkara (canne longue) soit à la mouche...je me régale..plusss.. il faut le reconnaître qu' appâts naturels...je ne saurais expliquer pourquoi..peut être prendre des truites avec mes montages? ça ne veut pas dire que je prends beaucoup de poissons mais assez pour mon plaisir..

truitepassion.fr 07/12/2019 19:51

Salut l'ami, chacun son truc et sa technique, perso je ne franchirai pas le pas de pêcher avec une canne à mouche, il y a de très bonnes cannes aux appâts naturels très polyvalentes comme la rs nymph et la native et cela me convient très bien.
Au plaisir
Serge

Leo 07/12/2019 06:59

Très bel article, je te souhaite une bonne saison 2020, avec cette nouvelle façon de pêcher pour toi, surtout il n'y a rien de plus gratifiant de prendre une truite avec ses propres montages .

truitepassion.fr 07/12/2019 19:47

Un grand merci à toi léo, je vais pour 2020 accrocher un peu plus de nymphes au bout de mon fil, va bien falloir que je m'y fasse à cette technique d'avenir.
Bon Week-end à toi.
Serge