Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par truitepassion.fr

Deux fous dans les bois, sous la pluie.
Deux fous dans les bois, sous la pluie.

Nous étions seuls au monde, perdu dans les montagnes vallonnées de l'est du massif central à la recherche des champignons. Deux pauvres fous (mon épouse et moi-même) sous la pluie qui espéraient trouver quelques champignons comestibles, ce qui ne fut pas le cas.

Bien au contraire, malgré quelques champignons pour les belles-mères (amanite tue mouche) sur les bords des chemins ce qui est parfois le signe de trouver quelques cèpes, bien rond et bien frais, une fois dans les bois il n'y avait absolument rien.

Après deux endroits distants l'un de l'autre, mais sous les mêmes forêts de sapin, il fallait se rendre à une évidence notoire, qu'il était un peu trop tôt pour constater une éventuelle pousse de champignons. Malgré le manque d'avoir mal au dos à se baisser pour ramasser "les précieux", nous avons pu tester, chaussures, vestes et pantalons imperméables achetaient chez décathlon aux fils des années et des sorties, je peux maintenant vous assurer, que malgré la tempête (pluie et vent), nous n'avons tout deux pas été mouiller.

 

Deux fous dans les bois, sous la pluie.
Deux fous dans les bois, sous la pluie.
Deux fous dans les bois, sous la pluie.
Deux fous dans les bois, sous la pluie.
Deux fous dans les bois, sous la pluie.
Deux fous dans les bois, sous la pluie.
Deux fous dans les bois, sous la pluie.
Deux fous dans les bois, sous la pluie.

Après tout ça, nous avions le choix soit rentré, le panier vide à la maison, soit changé totalement de lieu et de département. Nous avons dans notre folie, opter pour le second choix, nous avons traversé deux départements, trouvé des bois de châtaigniers et un temps sec.

Pas le temps ou presque d'avaler le pique-nique, pas de café, il fallait avec hâte aller dans les bois.

Et nous avons vécu des moments magiques, vous savez ces instants ou la nature vous donne le meilleur d'elle-même.

Le couteau dans la main, le bâton dans l'autre, le panier sous le coude qui se remplit petit à petit, voilà ce que fut notre après-midi. Des cèpes quelques coulemelles et pieds de mouton (ça sent la fin des cèpes !!!), un retour difficile à la voiture, tant il est parfois difficile de se situer au milieu des bois et surtout de s'y retrouver tant cette forêt était immense.

Fourbu, mais heureux après cette journée intense, nous sommes rentrés à la maison à la nuit tombée. Le plus dur restait à faire et sans doute le plus long, trier nos paniers, mettre les champignons au frigo afin de les cuisiner le lendemain pour notre plus grand plaisir et celui de nos amis qui partageront un soir d'hiver une bonne table avec nous.

A très vite

PS: S'il vous plaît, ne ramassez que les champignons que vous connaissez et laissez tranquille les autres, dame nature se charge d'eux, merci par avance !!!!! 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :