Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ouverture

Pages

Catégories

Publié par truitepassion.over-blog.com

Bonjour à vous tous qui aimez la pêche.

Il est évident que les pêcheurs de truite sont un peu plus en effervescence que leurs collègues ! L’ouverture approche un peu trop lentement d’ailleurs au goût de certains.

C’est pour cela que j’écris ces quelques lignes, Serge m’ayant demandé de communiquer mes pensées sur « la plombée de l’ouverture », je dirais de début de saison.

Une histoire de plombée ......

Depuis que je suis dans le monde de la pêche, plus particulièrement de ma pêche, toutes les animations que j’ai eu la chance de réaliser (magasins, au bord de l’eau, salons, etc..) m’ont confronté à beaucoup de questions de la part des pêcheurs. Si j’avais un classement à faire il est évident que celles concernant la plombée arriveraient largement en tête avec un pourcentage de 90%. Elle était déjà fortement encrée dans l’esprit des pêcheurs au « Toc » comme un problème. Mais la technique a évolué. Cela n’a pas pour autant résolu ou diminué son importance ou sa difficulté.

Je vais me permettre, en toute humilité, de vous indiquer ce que mes recherches pour progresser, mon observation pour essayer de comprendre, mes multiples essais, mon expérience m’ont apporté. Je me pose quelquefois la question suivante : Ne lui donne t-on pas une importance énorme pour nous trouver une excuse ?

Entrons dans le vif du sujet

Une partie de pêche comporte une multitude de choix successifs avant d’en arriver à l’acte de pêche qui en sera l’application, la conclusion. Plus nos décisions auront été judicieuses, plus notre acte de pêche aura des chances de réussites.

Lorsque nous arrivons au bord du parcours choisi (ruisseau, torrent, rivière), l’observation est indispensable. Elle va nous aider à comprendre les conditions qui nous sont imposées par dame nature (niveau des eaux, la température, la météo, etc). Ce sont ces observations qui vont nous permettre de mieux entrevoir et comprendre ce que nous devons faire. Dans tous les cas, nous n’avons pas à nous imposer mais à nous adapter au mieux à l’immuable réalité, ce que la truite elle saura faire parfaitement !

Une histoire de plombée ......

Nous sommes donc amené, pas à faire une plombée mais à créer notre ligne, cette merveilleuse chose constituée de divers éléments, différents les uns des autres, qui doit devenir l’intermédiaire entre le pêcheur et le poisson comme le chien peut l’être entre le chasseur et le gibier. Ne jamais oublier que la plombée est un élément de la ligne. C’est pour cette raison que je sais qu’une ligne est plus compliquée à créer qu’une plombée qui n’en est qu’une partie. Ma définition de la ligne serait : « L’intermédiaire entre le pêcheur et la rivière qui est réalisée avec beaucoup d’éléments tous différents les uns des autres mais qui, une fois achevé, se doit d’avoir une homogénéité et fluidité parfaite afin d’entrer en relation avec les veines d’eau que l’on pêche et pouvoir nous transmettre les sensations indispensables au bien pêché».

Une histoire de plombée ......

Effectivement tous ces éléments qui sont : nylon du moulinet, guide fil, émerillon, nylon bas de ligne, plombée, hameçon et appât doivent être obligatoirement choisi de façon très rationnelle. Si nous avons un 0,16 fluo sur le moulinet il faut savoir pourquoi et non par habitude, la grosseur et la couleur du guide en rapport de la vue de chacun, l’émerillon le plus petit possible car c’est uniquement un anti-vrilleur,  le nylon bas de ligne d’un diamètre proportionnel à celui du moulinet (dans ce cas 0,14) et d’une longueur de 35 à 45cm si on ne veut pas avoir une cassure de la ligne due à un mauvais placement de l’émerillon, l’hameçon d’une forme et d’une taille bien déterminée afin qu’il corresponde idéalement à l’appât et à l’eschage que nous désirons faire.

Manque un élément sur cette ligne : la plombée !!

Nous sommes en début de saison, avec le phénomène propre à cette période : la température des eaux. Je ne vais pas vous rabâcher ce qui a été écrit un peu partout ces dernières années, sur le comportement de la truite durant cette période d’eau froide…. Rappelons nous simplement, vue les conditions précitées, que son envergure de pêche sous l’eau est limitée, elle évitera les courants trop rapides et violents pour s’économiser et aura tendance à ce tenir bien au fond, dans l’épaisseur de courant  la plus lente. Notre plombée se devra de traduire un passage de ligne et d’appât répondant à cette situation : passage en fond avec une ligne qui ne danse pas la « samba » de tous les côtés, durant son passage. Nous allons faire en sorte d’amener et de présenter un appât sur un plateau afin qu’elle puisse le prendre avec le moins d’efforts possibles.

Une histoire de plombée ......

Elle devra être réalisée en essayant de ne pas oublier certains paramètres très importants qui sont au nombre de 3 :

-      L’eau. Une partie de la plombée sera directement concernée par la vitesse de l’eau mais aussi son volume qui augmentera la pression donc la vitesse.

-      Les plombs. Cela n’est pas une ‘Lapalissade ». Il faudra prendre en considération 2 choses importantes qui sont leur numéro et leur positionnement.

-      L’appât. Il y a schématiquement trois catégories d’appâts : lourd, mi-lourd et léger. Dans les conditions de la période d’ouverture, devant passer en fond, les appâts lourds ont un rôle important, mais par la suite, avec la fin de la fonte des neiges, le début d’étiage et l’étiage, ils pourront toujours être utilisés mais avec une ligne qui leur donnera un peu plus de liberté, d’amplitude, sans tout de même tomber dans l’exagération. Un appât lourd est condamné à passer en fond, nous nous devons de respecter ce que fait la nature car c’est tout simplement la reproduction de ce que la truite a vu toute sa vie !

Traduisons ces considérations en plombée de période d’ouverture. Je prends un exemple (cela doit rester un exemple et je ne dis pas qu’il faut pêcher avec ces numéros, ce n’est qu’un exemple) qui matérialise ce que l’on vient de voir :

-      la fluidité de ma ligne (aucune cassure du scion à l’appât) doit être respectée. Elle doit faire passer mon appât en fond sans trop voler mais au contraire dans un espace limité en hauteur et en largeur. La plombée doit comporter 4 plombs minimum. Trois plombs provoqueront obligatoirement des cassures donc perte de maîtrise dès la première cassure et jusqu’à l’appât qui n’aura plus de logique de passage. Même résultat pour de mauvais positionnements ou le nom respect des numéros des plombs.

-      mon choix des numéros de plombs et leur disposition qui permettra un passage d’appât en premier (croquis 2)

-      l’ensemble de ma plombée qui détermine la vie que je veux donner à ma ligne, restreinte en début de saison mais qui ira en augmentant (dispositions plus étalée) avec l’évolution des températures et niveaux d’eau.

Une histoire de plombée ......

Le 1° plomb au dessus de l’hameçon, qui est le plomb de base, doit toujours être le plus petit de la plombée. Il est déterminant par rapport à celle que nous voulons réaliser. Si par exemple nous mettons un 9, nous ne finirons pas le haut de la plombée avec du 3. Il n’y aurait aucune cohérence et si les 3 sont nécessaires, c’est qu’il y a un courant rapide et puissant donc le 9 doit être remplacé et la plombée reconstruite en rapport. Si le fond de la plombée est trop léger l’appât sera envoyé vers le haut.

Chaque plombée que nous réalisons comporte obligatoirement 2 plombées. La 1° qui se situe sur la partie haute correspond à l’eau, c'est-à-dire à sa vitesse à son volume et à la vie que je veux donner à ma ligne : basse et groupée (peu de vie) ou plus ou moins étalée (plus de vie). La seconde est celle située sur le bas et correspond à la façon dont je veux faire passer mon appât (amplitude + ou – grande) et les deux réunies ne font qu’une, si les règles sont respectées.

Une histoire de plombée ......

Dans tous les cas, essayons toujours de respecter la logique. Pour cela nous nous devons d’observer et de réfléchir afin de traduire au mieux ce que l’on sait lors de la création de notre ligne. Nous nous devons de lui donner une vie, mais une vie adaptée aux conditions auxquelles nous sommes confrontés, rationnelle afin qu’elle puisse nous faire comprendre le passage de notre ligne durant nos dérives et nous procurer les sensations indispensables ; trop plombé, pas assez, trop de fond, pas assez, trop vite, pas assez et bien sûr qu’elle nous indique très visiblement les touches. La plombée dans cette période d’eau froide, ne sera pas forcement lourde, mais basse et groupée. C’est cela qui donnera la possibilité à notre appât de passer au fond et avec une amplitude limitée. Le plomb de base à 6 ou 7cm de l’hameçon.

Voila pourquoi notre ligne doit dans tous les cas être homogène et fluide. Le manque d’une de ces qualités amène l’approximatif, mais, cette technique n’a rien à faire de l’approximatif !! Je dis quelquefois que c’est «Une Autre Pêche», du moins c’est ma pêche. Nous devons, sans avoir les chevilles qui gonflent, savoir que cette fameuse vie de notre ligne, c’est nous qui en décidons. Nous la détenons, mettons tout notre savoir, notre passion, notre cœur, notre amour de la pêche dans sa création. Impliquons nous fortement et prenons l’habitude de l’écouter et de la comprendre car une fois dans l’eau elle va nous parler en permanence, nous donner les moyens de modifier, de changer, d’aller vers la justesse pour essayer d’apercevoir la perfection en vue de côtoyer le bonheur. Il est ou le bonheur il est ou ???? Personnellement je dis : il est là ! « Attraper un poisson c’est du plaisir, savoir pourquoi c’est du bonheur »

Une histoire de plombée ......

Je vous souhaite de l’y trouver et de le faire votre. Surtout ne le gardez pas pour vous, partagez le, il n’en sera que plus beau.

Je vous souhaite une belle saison 2019.

Il y a sur mon blog : pechesempe.wordpress.com pas mal de points techniques qui y sont traités mais un qui est la continuité de ce que l’on vient de voir : La Dérive. Si vous pensez que cela peut vous servir, n’hésitez pas. Vous pouvez également me joindre sans problème. Tel 06 23 82 64 53.

P. Sempé 

Texte, photos et croquis Pierre Sempé 

Merci à Pierre pour cet article complet et pour sa gentillesse. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gilou26 27/02/2019 20:55

Tu es toujours sur que l'on se retrouve le jour de l'ouverture mon serge(mdr),car il y a du lourd maintenant sur ton blog.Bon je suis pas sur que ces deux personnes(Pierre et Patrick) sont en osmose comme ce le fut le cas il y a quelques années,pourtant dieu sait si ils ont partagés des choses ensemble ces deux là .
quand à cet article,je retrouve les mots de Pierre quand j'avais découvert sa technique il y a de cela + de 15 ans,c'est une pêche et technique que je réserve plutôt à partir de mai,car c'est là que la préfère quand elle est fine et légère.
Merci encore et à très bientôt ,tu sais ou.

truitepassion.over-blog.com 27/02/2019 21:20

T'inquiète Gilou, on se retrouvera dans les montagnes de Diois la télérégable et le semi-automatique à la main. Je t'appel dans le Week-end bye.
Serge

Olive 25/02/2019 20:51

C'est un article très interessant et très bien écrit. Il y a des fins connaisseurs qui écrivent sur ton blog... c'est la rançon du succès :-)

truitepassion.over-blog.com 25/02/2019 21:04

La rançon du succès je ne sais pas mais j'arrive à avoir l'aval de très grands pêcheurs pour quelques articles, c'est vraiment sympa, mais tu verra Olivier, le blog est devenu grand il va y avoir d'autres surprises durant la saison tel le test de matos, par d'autres pêcheurs. Tu sais faut savoir ouvrir ces portes et demander l'appui d'autres, mais cela reste simple, sincère et sans prise de tête.
Serge