Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fermeture 1er catégorie, 20 septembre 2020

Pages

Catégories

Publié par truitepassion.over-blog.com

Pêcheur de ruisseaux ( quatrième et dernière partie).

Après vous avoir parlé de mon amour pour les ruisseaux, d'avoir listé l'ensemble des divers éléments qu'il faut pour être un parfait pêcheur de ruisseaux.

Après avoir passé au crible les cannes qu'il est bon d'avoir, il y a un dernier élément que je voudrais vous dévoiler dans les lignes de cet article.

Avec plusieurs lignes, je vais en un mot vous décrire la ligne qu'il vous faut, sans aucune prétention de ma part, mais en me servant de mon expérience, comme je l'ai fait dans les diverses parties consacrées au pêcheur de ruisseaux.

Rien de bien compliquer certes, un peu de cohérence suffit donc, pour faire une ligne qui pourra pêcher, là ou il vous faudra surtout faire attention c'est à la plombée, comme dans tous les domaines de la pêche aux appâts.

Pêcheur de ruisseaux ( quatrième et dernière partie).
Pêcheur de ruisseaux ( quatrième et dernière partie).

Je vais commencer tout d'abord par garnir mon moulinet de 100m de fil bas de gamme en 18, voir 20 centièmes, afin d'avoir le moulinet garnit, ensuite vous pouvez y mettre votre corps de ligne fluo. S'il vous plait un bon vieux fil, vaut mieux que de la laine pour garnir le fond de votre moulinet, pensez- y.

Personnellement ce que je fais c'est que je ne mets que 50m de fil fluo, donc avec une bobine de 150m on garnit trois moulinets, cela suffit amplement pour une saison de pêche, de toute façon ce fil finira à la poubelle à la fin de la saison.

Moi j'opte pour un 14 centièmes avec un bas de ligne en 12 centièmes, voir 10 centièmes en période d'été, cela suffit amplement, bas besoin de voir ce schéma à la hausse et encore moins de tomber dans l'excès en pêchant avec un 10 centièmes en corps de ligne.

Il faut quand même pouvoir sortir un poisson d'autorité sous un sous berge avec des racines, mais à contrario on ne va pas non plus rencontrer " des monstres" donc ….

Pour la couleur du fil, cela va dépendre de votre vision, donc il vous faudra prendre ce que vous voyez le plus, ma vision a du mal à voir le rouge, mais le vert, ainsi que le bi-color (jaune/orange), me conviennent très bien.

Pour la marque je vous conseillerais le " colorline"de chez Pezon&Michel qui est sans doute l'un des meilleurs fils sur le marché, suivi de très prêt par le Sufix Ultra Knot.

 

Pêcheur de ruisseaux ( quatrième et dernière partie).
Pêcheur de ruisseaux ( quatrième et dernière partie).

Le corps de ligne est en place, j'ajoute depuis quelques années, sur ce dernier, une petite chose très utile: "l'indicateur de touche". D'une part car avec l'âge et suivant la situation, j'ai parfois du mal à voir mon fil, même fluo et d'autre part, car ce petit" truc" est parfois bien utile pour voir les touches que vous ne ressentez pas.

Je vous laisse le choix entre ceux à bâtonnets et ceux auto bloquants, je vous laisse aussi le choix de ne pas en mettre, car très souvent lors de l'action de pêche pour débusquer une truite sous les branches basses le scion de votre canne va effleurer l'onde et le bas de ligne immergé sera alors très court.

Pêcheur de ruisseaux ( quatrième et dernière partie).
Pêcheur de ruisseaux ( quatrième et dernière partie).

Le corps de ligne, le " rigoletto" puis le nœud "barril" pour relier le corps de ligne au bas de ligne, ne vous embêtez pas avec l'émerillon, en ruisseau il deviendra plus une gêne que le reste.

Le bas de ligne ne doit pas non plus être démesuré, maximum une quarantaine de centimètres cela suffit amplement, à cela vous rajouter un hameçon suivant l'appât utilisé.

Tige longue pour le ver, tige courte pour le reste des appâts, un numéro six, pour le début de saison, un numéro dix pour le petit vers de terreau les mois d'été.

Vous pouvez utiliser, un numéro 12 pour pêcher à la mouche naturelle et un numéro dix, tige courte pour pêcher avec un porte-bois.

Je préfère les hameçons droits à ceux renversés. Vous trouverez, chez Pezon&Michel, chez Delacoste ou chez Sempé de très bon produits.

Vous voyez donc qu'il vous faudra comme en rivière, utiliser un large panel d'hameçons pour pouvoir pêcher avec n'importe quel appâts du début à la fin de la saison.

Je ne vais pas m'attarder sur la délicate question de la plombée, elle est sans doute en ruisseau moins importante qu'en rivière et il y a pratiquement autant de plombée que de pêcheurs.

Vous constatez donc que la chose est vraiment difficile, mais vous pouvez quand même dégager deux plombées.

La première lourde pour pêcher sous la canne avec une grande téléréglable, une plombée qui va tenir dans les remous et arriver au plus vite devant le nez de la truite.

Et la seconde ni trop lourde, ni trop légère et qui va varie suivant le niveau de l'eau et surtout si le poisson est dehors ou pas.

Comment expliqué l'inexplicable, comment expliqué ce que l'on ressent au "feeling" et avec des années de pratique. Pour finir et comme le disait mon ami Alphonse (Arias), il n'y a pas de plombée idéal, il n'y a que de bons pêcheurs, à méditer.

Vous trouverez chez Lemer, Vertigo, Pafex, ou chez d'autres en boite distributrice de quoi faire votre plombée, avec les numéros de 2 à 8.

Toujours dégressive elle peut être en début de saison composé de la manière suivante ( deux n3, deux n4, deux n5, un n6 puis dix cm plus bas un n 6 en plomb de touche, puis dix cm plus bas l'hameçon mais ceux-ci n'est qu'un exemple parmi tant d'autres).  On peut très bien pêcher avec les mêmes numéros de plomb ( ex une plombée en n6) et on peut aussi très bien pêcher avec une plombée progressive ou vous allez monter votre plombée à l'envers ( plus gros plomb vers l'hameçon et plus petit sur le haut ex: un n6, un n5, deux n 4 , un n4 puis dix cm en dessous un n3 en plomb de touche). Il y a donc un grand potentiel de possibilité.

Pêcheur de ruisseaux ( quatrième et dernière partie).
Pêcheur de ruisseaux ( quatrième et dernière partie).
Pêcheur de ruisseaux ( quatrième et dernière partie).

Les appâts sont les mêmes quand rivière, mais il y en a un qui se dégage des autres, c'est le ver de terre et les membres de sa famille (vers de terreau, vers de fumier). C'est le seul appât qui sera utilisé, du début à la fin de la saison, le seul sans doute qui vous sauvera de la bredouille.

Vous pourrez au cours de la saison l'associer à la teigne que je vous conseille en rouleau (difficile à trouver, mais moins grosse et plus attractive), au porte bois, à la petite bête, à la mouche naturelle et surtout à la sauterelle, un excellent appât qui va déclencher l'agressivité chez la truite même si elle n'en a jamais vu à croire que cela doit être gravé dans la génétique alimentaire de cette dernière.

Ne pas laisser de côté, la pratique de la nymphe, les truites des ruisseaux ne sont pas délicates dans leur choix alimentaire.

Pêcheur de ruisseaux ( quatrième et dernière partie).

Pour finir cette série sur la pêche en ruisseau, je ne saurais vous dire que cette dernière ce pratique toujours de l'aval, vers l'amont donc on remonte le cours d'eau, difficile de pêcher autrement en ruisseau, vu que bien souvent ces derniers restent difficile d'accès et surtout des plus sauvages.

Selon si ce dernier est ouvert ou fermer, selon si vous pêchez en dérive ou sous la canne, votre prospection ne sera pas la même, mais gardé toujours à l'esprit que vous êtes dans un milieu hostile.

Hostile pour le pêcheur, la moindre branche, la moindre racine peut se transformer en " galère", tout ce qui va vous entourer sera votre "ennemi" et "l'ami" de la truite, il vous faudra vous transformer en chasseur à chaque fois, vous remettre en question à chaque partie de pêche.

La pêche en ruisseau est un art, une pratique à part entière, j'espère que cette série d'article vous sera très utile et si par hasard vous avez d'autres explications à me demander, si vous voulez partager un moment de pêche dans mes ruisseaux de la Drôme, ou ceux de l' Ardèche et de l' Isère n'hésitez pas à venir vers moi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lamy René 20/11/2018 17:27

Un grand merci pour cette 4 e édition de la peche en ruisseau ...ma peche préférée aussi ..pour des présentations sous la canne ,avec peu de fil et courtes dérives je ne mets pas D ´émerillon , sur si peu de longueur ,peu de chances de vrillage .Quel est ton avis sur ce point ? .amicalement .René .

truitepassion.over-blog.com 20/11/2018 21:45

René, tu ne m'as pas bien lu , car sinon tu serais que je préfère le nœud baril à l'émerillon , j'en parle dans ce dernier opus. Que ce soit en ruisseau ou en rivière je ne mets jamais d'émerillon, perte de temps pour moi , je devrais sans doute en mettre un quand je pratique en rivière. Bref on pourrait même allé plus loin en ne pêchant pas avec un rigoletto dans des ruisseau, à forte végétation là ou l'on pêche le scion de la canne pratiquement dans l'eau, il est aussi un handicape et ce coince dans l'anneau de tête limitant ainsi la pratique de la pêche avec très peu de bas de ligne.
Tu sais mon point de vue et j'espère qu'en 2019 tu pourra voir comme je pratique.

Merci pour ton commentaire.

Serge