Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fermeture 1er catégorie, 20 septembre 2020

Pages

Catégories

Publié par truitepassion.over-blog.com

Pêcheur de ruisseaux ( Première partie).

Il y a longtemps que l'idée, me trottait dans la tête d'écrire une série d'article dédier aux pêcheurs de ruisseaux.

Je profite donc de cette longue trêve hivernale, pour essayer de vous donner ma vision de cette pêche, mais aussi mes conseils et mes remarques qui je l'espère pourront vous aider, vous donnez envie de venir et revenir au commencement de la pêche, là où la rivière née et où on peut encore rencontrer des truites dignes de ce nom.

Oui mes amis, la pêche de la truite en ruisseau est une pêche à part entière et elle n'a rien à envier à ces consoeurs, c'est souvent là qu'une passion née, c'est une véritable école de la vie, une école de pêche.

Parfois après des années de pratiques, on laisse tomber les rives de ces petits cours d'eau cascadeurs, pour passer à une étape supérieure de la pêche aux appâts naturels, où simplement pour évoluer vers une autre technique, où rechercher des poissons plus grands.

On devient alors, pêcheur de moyen cours d'eau, voir de grand cours d'eau, certains reviennent, parfois à leur premier amour, d'autres les oublies complètement, mais pour ceux qui ont goûté à ces ruisseaux à un moment donné de leur vie de pêcheur, ils peuvent tous dire que la pêche en ruisseau est une véritable école de pêche, mais aussi une école de vie, car on y apprend parfois bien plus que la pêche.

Certain pourront dire que la pêche en ruisseau reste un acte dés plus simple, d'autre diront en montrant du doigt le pêcheur de ruisseau, qu'il pratique son art dans "les pépinières des rivières", sans doute qu'ils n'ont pas tort, mais je pourrais leur répondre que la pêche en ruisseau reste un art difficile qui ne donne aucune chance à celui qui ne sait pas pêcher et qui croit tout bêtement qu'il suffit de tremper sa ligne n'importe où pour en sortir un poisson.

Je pourrais leur répondre aussi que le pêcheur de ruisseau recherche, avant tout la qualité des robes de ces truites, leur pureté et qu'il n'a aucunement besoin de sortir des poissons trophées pour être heureux.

Bien que la technique reste simple, pas de dérive à faire où très peu, des postes souvent bien marqués, une lecture de la rivière plus aisé qu'ailleurs, une pêche vers l'amont et des truites sans doute plus conciliante, la nature vous rappel à chaque minute qu'elle n'est pas l'allier du pêcheur, mais celui du poisson.

Un moment d'inattention et votre ligne s'enroule dans les racines d'un arbre de la rive, un ferrage loupé et vous passer 10 minutes à défaire le sac de nœud qui c'est enroulé autour d'une branche haute, en équilibre sur un rocher immergé et là le coup est fini. Et que dire des massif de buis qui sont un véritable cauchemar pour le pêcheur de ruisseau (pour les connaisseurs).

Pêcheur de ruisseaux ( Première partie).
Pêcheur de ruisseaux ( Première partie).Pêcheur de ruisseaux ( Première partie).

Il faut parfois jouer des coudes, pour découvrir un paradis, il faut parfois se transformer en indien pour ne pas alerter la truite, de la plus petite rigole, au ruisseau cascadeur, le pêcheur de ruisseau, doit être des plus sportifs, car parfois cette pêche devient extrême.

La pêche en ruisseau, peut-être pratiquée, au toc bien entendu, d'ailleurs c'est cette technique qui convient le plus pour la pêche des ruisseaux, mais vous pouvez très bien y pêcher au lancer, avec un petit leurre (cuillère etc.), avec une grande barre pour les ruisseaux du massif central serpentant au milieu des près et accessoirement à la mouche, voir au tenkara.

La pêche en ruisseau est une chose simple, pas la peine alors de se creuser l'esprit à chercher pour bien pêcher, une simple canne, un petit moulinet à tambour tournant, un corps de ligne, un bas de ligne, quelques plombs et un hameçon est le tour est joué.

L'appât reste souvent aussi dés plus basique, un petit vers de terreau, même en plein été peut satisfaire, une truite, il suffit simplement de trouver là où se cache la belle dame. Le superflu n'est point ici, les truites, n'y le pêcheur en ont besoin, la pêche est à ça plus simple expression, redevenu à son commencement.

Si on aime pêcher, les ruisseaux, on aime aussi la nature, il n'y a bien que sur les rives d'un ruisseau perdu que l'on peut être seul, loin de tout, loin de cette civilisation. Le pêcheur de ruisseau est un solitaire dans l'âme, un amoureux de la nature, de tous ces endroits perdu où l'on peut encore rencontrer, une fouine, un sanglier où une biche. Et nul besoin pour lui de sortir le poisson d'une saison, d'ailleurs c'est souvent le nombre de prises qui l'emporte à la grosseur, quand on pêche un ruisseau.

Oui les poissons y sont parfois petits, plus petits que sur un cours d'eau moyen par exemple, mais on y prend très souvent des poissons d'une lignée ancestrale et ça, mes amis cela vaut tout l'or du monde.

Un endroit façonné par la nuit des temps, des poissons rustiques, une pêche rendue à ça plus simple expression avec le matériel de nos jours et vous pourrez passer un moment inoubliable croyez -moi.

Personnellement, cette pêche est devenue depuis de nombreuses années, ma façon de vivre, ma pêche, c'est viscérale, une drogue. C'est pour moi une autre pêche, un art, la quintessence absolu.

Et si parfois je laisse tomber mes ruisseaux, pour pêcher des cours d'eau plus important je reviens à chaque fois avec une joie immense sur les bords d'un ruisseau, je deviens alors le pêcheur simple comme je l'étais à mes débuts, amoureux des cascades et des truites au mille points.

Pêcheur de ruisseaux ( Première partie).
Pêcheur de ruisseaux ( Première partie).Pêcheur de ruisseaux ( Première partie).
Pêcheur de ruisseaux ( Première partie).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lamy René 30/10/2018 13:32

Je partage la même vision que toi et cette prédilection pour ces ruisseaux enchanteurs ..je peche parfois la fameuse Sorgue pres de ma maison du Luberon ,mais je m'ennuie avec les longues dérives .j'aimerais découvrir ces petits cours d'eau en Vercors ,Diois ..je connais plus le Jura et Savoie ...mais la sécheresse à fait qq dégâts ,quoique on est surpris de voir nos belles réapparaître après la pluie ..MERCÎ de de joli partage .amicalement .René de Lyon .

truitepassion.over-blog.com 30/10/2018 18:09

René ce n'est que la première partie, le plus intéressant reste à venir, avec le détail de tout ce qu'il faut pour la pêche en ruisseau, le matériel, la technique, les appâts. J'espère te voir un jour par chez moi et ainsi pouvoir te faire découvrir quelques endroits de paradis.
@+
Serge

ma 29/10/2018 23:17

comme tu sais, je suis aussi un pêcheur de ruisseau. dans ces milieux on pêche souvent à deux et je me suis aperçu que parfois nos résultats étaient très différents.la plombée semble jouer un grand role dans ces milieux et souvent le léger l'emporte et ceci même par eau froide. j'ai bien l'impression qu'il ya beaucoup à apprendre avant d'être un bon