Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fermeture 1er catégorie, 20 septembre 2020

Pages

Catégories

Publié par truitepassion.over-blog.com

Dimanche 6 mai

Je monte pêcher cette petite rivière coincée entre la montagne de Tarsimoure et celle du dindaret. Je pêche cette petite rivière une fois par an, non pas par manque de temps, mais elle ne possède pas un intérêt halieutique exceptionnelle. Manque de poissons, manque de secteurs propices à leur développement et surtout manque d'eau avec des secteurs à sec en plein été.

Je vais en ce dimanche trouver des niveaux assez bas pour un début de mois de mai et pourtant avec toute la neige et la pluie qu'il est tombé sur les montagnes de la Drôme que serait il s'il n'y avait eu ni neige, ni pluie on aurait déjà des rivières à sec.

Bref niveaux assez bas et rivières linéaires, je vais tant bien que mal allé à la recherche des secteurs propices à la pêche, les profonds les gourds creusés par des enrochements, je vais essayer tant bien que mal de pêcher et de trouver des truites.

Je vais être un pêcheur errant et itinérant à la recherche de la truite perdue. Je vais en trouver une, dans un profond, en loupé par la suite une autre avant de faire quelques kms plus loin le poisson de l'après -midi.

Cette truite de 32 cm va sauver mon après-midi de pêche, le reste ne va être encore une fois qu'errance au pays de la truite perdue, ainsi va parfois la vie du pêcheur de truite.

 

Trois jours et trois lieux de pêche.Trois jours et trois lieux de pêche.
Trois jours et trois lieux de pêche.Trois jours et trois lieux de pêche.
La belle de 32 cm

La belle de 32 cm

Mardi 8 mai

Il est 6h du matin je monte au travers les virages de cette route sinueuse, je vais pêcher une rivière moyenne, aux eaux claires. Une que je n'ai pas visité depuis deux ans là aussi par faute de temps, je sais que c'est le bon moment pour la pêcher, qu'il ne peut être ni trop tôt ni trop tard.

Je connais la robe des truites, je sais qu'elles y sont belles et nombreuses, je sais qu'au fin fond de cette vallée, parmi les buis et les fonds calcaires. Malgré les orages de ces derniers jours je sais aussi que ce cours d'eau ne trouble pas.

Je sais aussi à ma sortie de voiture que la rivière va être belle, je l'imagine vigoureuse et voluptueuse, remplie de Fario à chaque coup de ligne.

Arrivé sur les lieux je me hâte de donner le premier coup de ligne, une petite touche, un loupé et puis plus rien. Je ne vais plus avoir une seule touche, je ne vais pas voir l'ombre furtive d'un poisson.

C'est quand même à ce gratter la tête à ne plus avoir de cheveux, c'est incompréhensible, même mon vers et ma teigne tout deux bénis devant les dieux de la pêche n'y changeront rien. Trois heures de pêche et un capot monumental j'ai du mal à comprendre pourquoi la pêche à parfois ces mystères.

Trois jours et trois lieux de pêche.
Trois jours et trois lieux de pêche.

Je vais vite changer de vallée, prier pour qu'il n'y est pas un confrère, trouver un cours d'eau gargantuesque, une eau mâchée et des truites grasses à souhait, à la fête dans les zones les plus calmes.

J'arrivais après la tempête, les berges de la rivière et leurs herbes couchées, leur morceaux de bois enchevêtrés me laissait imaginer que l'orage avait fait monter les eaux. J'arrivais au commencement de la décrue, impossible de traverser le cours d'eau, heureusement que j'avais pris ma téléréglable de 4m pour pêcher les quelques postes que je pouvais au travers des troués dans les buis qui bordaient le cours d'eau.

Avec une plombée de fou (9 plombs 1-2,3-3,3-4,2-5) je vais pêcher les zones les plus calmes et je vais prendre des truites. Six poissons en deux heures de pêche, en ne pouvant pas mettre un pied dans l'eau et en ne pêchant que ce que je pouvais faire sans danger, parfois au travers des branches c'est un bilan positif et je me suis bien régalé.

Finalement, la matinée avait très mal débutée, mais elle va se terminer en beauté.

Trois jours et trois lieux de pêche.Trois jours et trois lieux de pêche.
Trois jours et trois lieux de pêche.Trois jours et trois lieux de pêche.
Trois jours et trois lieux de pêche.Trois jours et trois lieux de pêche.

Jeudi 10 mai

Rivière identique que le mardi 8 mai, des eaux encore hautes, mais moins torrentueuses, une pêche dans le lit de la rivière en cherchant les truites dans les courants les moins vifs, dans les remous devant les gros blocs .

Une pêche avec Ludovic et son fils Jules, rencontrait quelques jours auparavant grâce à ce blog, une matinée de pêche conviviale, faite d'échange et de conseils.

Un moment de pêche en solo à prendre quelques truites, un moment de pêche à voir le plaisir de ce gamin de dix ans prendre avec moi quelques truites à la belle robe.

Un moment à refaire sa ligne, à lui changer son appât, à lui rajouter quelques plombs, à regarder son père prendre au travers des veines d'eau les plus faibles des truites.

Lui donner à lui aussi quelques conseils, quelques tuyaux qui me servent à chaque fois que je pratique ce noble art. Je me suis transformé lors de cette matinée en guide de pêche, en guide spirituel, j'étais devenu le gourou de la truite, le gourou de la pêche au TOC.

La pêche et les truites finissant par me rattraper, je vais faire plier la Sempé, sur les dernières truites de la matinée, des truites bien naïves quand je leur présentais mon vers de terre, esché sur un hameçon de 9. La plombée bien alignée, la dérive parfaite je vais me faire plaisir à pêcher cette belle rivière.

Mais surtout ce que je retiendrais de cette matinée c'est le sourire sur le visage de Jules, des truites et de l'eau de la rivière, plein les yeux. Et cette échange avec son père sur la pêche, cette échange entre deux grands passionnés et Fou de TOC.

Trois jours et trois lieux de pêche.
Trois jours et trois lieux de pêche.Trois jours et trois lieux de pêche.
Trois jours et trois lieux de pêche.
Ludovic et son fils Jules Ludovic et son fils Jules

Ludovic et son fils Jules

Voilà trois jours de pêches, trois lieux, avec des conditions bien différentes, avec des fortunes diverses, avec des rencontres et le plaisir du partage. Et surtout le sourire de ce gamin pas peut fier d'avoir pris quelques truites. Voilà l'essentiel de mes trois jours de pêche, passer à rêver sur les bords des cours d'eau, là où on oublie tout et là où il ne peut que rester le plaisir du pêcheur de truite.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article